1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Manifestation contre l'ouverture d'une salle de shoot à Paris
Le Parisien01/06/2013 à 21:01

Manifestation contre l'ouverture d'une salle de shoot à Paris

L'annonce jeudi dernier de l'ouverture de la première salle de shoot dans quelques mois au 39, boulevard de la Chapelle (Paris Xe) a cristallisé la colère des riverains ce samedi matin. Ils étaient une cinquantaine à manifester devant la mairie du dixième arrondissement pour contester un projet qui, selon eux, va contribuer à dévaloriser leur quartier et nuire à leur sécurité.

«Habitants en détresse», «Salle de shoot dans nos quartiers - vigilance exigée», pouvait-on lire sur les pancartes de ces protestataires descendus dans la rue à l'appel de l'association Vivre Gares du Nord et de l'Est.

Leur action n'a donné lieu à aucune échauffourée et a plutôt ouvert la voie au dialogue. Le président de l'association de quartier, Pierre Coulogner, ainsi que cinq de ses membres, ont été reçus par le maire socialiste du Xe, Rémi Féraud pour parler des modalités du projet. «Nous lui avons dit stop, prenez le temps de réfléchir», explique Pierre Coulogner.

L'adresse ne changera pas

Le maire, fervent défenseur de cette expérimentation vouée à venir en aide aux toxicomanes, a assuré à ses interlocuteurs que l'adresse de la salle de shoot (200 m² de terre-plain accordés à la Ville par la SNCF pour trois ans près de la gare du Nord) ne changera pas. Mais en ce qui concerne le règlement, la sécurité, le budget, l'accueil et l'encadrement des personnes venant y consommer de la drogue, tout reste encore à négocier. A l'heure où certains s'iniquiètent de voir des drogués affluer près de chez eux ou sortir seuls de la salle de shoot, non loin des établissements scolaires ou des commerces, il s'est dit prêt à discuter aussi bien avec les habitants qu'avec la préfecture ou les hôpitaux pour réfléchir aux meilleures conditions d'ouverture du site.

Il subsiste «quelques désaccords, mais il y a des possibilités d'avancer ensemble», s'est félicité l'édile à l'issue de cette rencontre, comprenant que ses...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer