1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Manifestation au Burkina contre le pouvoir "confisqué" par l'armée
Reuters02/11/2014 à 12:08

OUAGADOUGOU, 2 novembre (Reuters) - Un millier de manifestants au moins se sont rassemblés dimanche matin à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, pour dénoncer la prise de pouvoir par l'armée après la démission du président Blaise Compaoré. A l'appel de l'opposition, les manifestants ont convergé sur la place de la Nation, épicentre du mouvement de contestation qui a emporté en quelques jours seulement Compaoré après vingt-sept années passées à la tête du pays. L'opposition rejette la décision de l'armée de conduire la transition avant la tenue de nouvelles élections. Dans un communiqué diffusé samedi soir, l'opposition politique et les organisations de la société civile "ont réaffirmé que la victoire issue de l'insurrection populaire appartient au peuple. Et, par conséquent, la gestion de la transition lui revient légitimement et ne saurait être, en aucun cas, confisquée par l'armée". L'état-major de l'armée a désigné samedi le lieutenant-colonel Isaac Zida, membre de la garde présidentielle, pour mener à bien la transition. La forme et le calendrier de cette transition seront précisées lors de consultations avec l'ensemble des acteurs de la société civile, a ajouté l'armée. "Zida = Judas", pouvait-on lire dimanche sur une pancarte brandie par un manifestant. L'Union africaine et les Etats-Unis ont condamné l'arrivée de l'armée au pouvoir. (voir ID:nL5N0SR0WS "Nous espérons une transition conduite par des civils conformément à la Constitution", a déclaré de son côté Mohammed Ibn Chambas, qui dirige le bureau des Nations unies pour l'Afrique de l'Ouest. La constitution burkinabée prévoit qu'en cas de vacance à la tête de l'Etat, l'intérim soit confié au président de l'Assemblée nationale. Mais la chambre a été dissoute par l'armée au soir des violentes manifestations de jeudi dans le cadre de l'état d'urgence brièvement décrété par Compaoré. (Joe Penney et Nadoun Coulibaly; Henri-Pierre André pour le service français)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer