Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Manifestation à Paris contre la reprise des expulsions

Reuters01/04/2013 à 21:46

PROTESTATIONS APRÈS LA FIN DE LA TRÊVE HIVERNALE ET DU PLAN HIVERNAL

PARIS (Reuters) - L'association Droit au logement (DAL) a manifesté lundi à Paris au lendemain de la fin de la trêve hivernale pour réclamer un moratoire sur les expulsions locatives qui risquent de mettre plusieurs milliers de personnes à la rue.

Après deux semaines de répit accordées par la ministre du Logement, Cécile Duflot, en raison de conditions climatiques difficiles, la trêve hivernale a pris fin dimanche, en même temps que le plan hivernal de mise à l'abri des SDF.

Chaque année, du 1er novembre au 15 mars, les locataires ne peuvent pas se faire expulser, même si leurs propriétaires ont engagé une procédure et obtenu gain de cause devant les tribunaux.

Or, pour le DAL, qui organisait une marche place du Palais Royal en présence d'environ 200 personnes, la loi prévoit que toute personne hébergée soit maintenue sur place jusqu'à une orientation vers une structure de stabilisation ou un relogement.

"En Ile-de-France, 25.000 ménages et familles, dont 17.000 à Paris, mal logés, sans logis ou en instance d'expulsion sont prioritaires DALO et ne sont pas relogés", écrit l'association dans un communiqué.

Son porte-parole, Jean-Baptiste Eyraud, a regretté que les réquisitions annoncées à l'automne par Cécile Duflot, "restent au point mort". "Elle nous a promis fin octobre qu'elle allait réquisitionner. Que se passe-t-il aujourd'hui ? Ils se sont trompés de loi", a-t-il demandé sur i>Télé.

Le Parti communiste dénonce pour sa part "une pratique indigne de la France", estimant qu'un "gouvernement élu par le peuple de gauche ne peut dignement pas s'exonérer de la politique humaniste que l'on attend de lui."

"Plus de neuf fois sur dix, les victimes d'expulsion sont des familles touchées par la précarité, le chômage ou un accident de la vie", dit-il dans un communiqué.

Le Collectif des associations unies, dont la Fondation Abbé-Pierre, le Secours catholique et Médecins du monde, réclame pour sa part "un moratoire sur toutes les expulsions locatives en 2013" pour les locataires de bonne foi en situation de précarité.

"Il ne s'agit pas de faire reposer l'effort sur les propriétaires", a affirmé Christophe Robert, son porte-parole, soulignant qu'un fonds permet d'indemniser le propriétaire si le préfet refuse l'expulsion du locataire.

Cécile Duflot travaille sur un système d'assurance contre le risque de loyers impayés. Le dispositif permettrait de contenter à la fois propriétaires et locataires, puisque les premiers continueraient de percevoir un loyer et les seconds éviteraient l'expulsion.

Mais les associations jugent le changement de cap du gouvernement "peu visible" et s'inquiètent dans un communiqué de nouvelles remises à la rue, "qui viendront s'ajouter aux personnes restées cet hiver sans réponse."

Le collectif, qui a demandé à rencontrer le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, juge "impératif" de développer la prévention de toutes les expulsions, "qui reste malgré des mesures annoncées dans la future loi, la grande oubliée du plan quinquennal : une garantie universelle des risques locatifs."

Gérard Bon

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.