1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Mali : l'attentat contre les soldats de l'ONU revendiqué par un jihadiste du MUJAO
Le Parisien14/12/2013 à 18:55

Mali : l'attentat contre les soldats de l'ONU revendiqué par un jihadiste du MUJAO

Une banque de Kidal, dans le nord-est du Mali, a été la cible d'un attentat à la voiture piégée ce samedi matin. Au moins deux soldats sénégalais de la force de l'ONU au Mali (Minusma) ont été tués et plusieurs Casques bleus et soldats maliens ont également été blessés.

Un jihadiste malien, Sultan Ould Badi, qui a été membre de plusieurs groupes islamistes armés du Sahel dont le MUJAO (Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest), a, revendiqué l'attentat dans un appel téléphonique à l'AFP. «Je parle au nom de tous les moujahidine (combattants) de l'Azawad: cette opération, est une réponse aux pays africains qui ont envoyé des militaires pour soutenir le combat de François Hollande en terre d'islam», a déclaré en français Sultan Ould Badi.

La France et l'ONU ont immédiatement condamné cet attentat. Le chef de l'Etat, François Hollande, a réagi avec fermeté à l'attaque lors de son déplacement en Guyane. «Cet acte odieux ne peut rester sans suite. La France sera à vos côtés pour identifier et arrêter les commanditaires de cette attaque terroriste», a écrit le président dans une lettre adressée au président sénégalais Macky Sall.

A Paris, le ministre des Affaires Laurent Fabius a condamné «cet acte lâche qui intervient à la veille du second tour des élections législatives au Mali». Le scrutin doit sceller le retour à l'ordre constitutionnel au Mali, où un coup d'Etat, en mars 2012, avait précipité la chute du Nord aux mains de groupes jihadistes. Il se produit aussi au moment où l'armée française, qui intervient au Mali depuis presque un an pour chasser ces groupes, a lancé une offensive de grande envergure dans le nord de Tombouctou.

Des blessés parmi les militaires maliens

«Pour le moment, nous comptons au moins deux morts et plusieurs blessés parmi les troupes africaines de la Minusma», a confirmé une source de la force de l'ONU depuis Gao, la grande ville du nord ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer