Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Maisons closes et balade en vélos en marge des négociations sur l'Iran

Reuters06/07/2015 à 14:14

par John Irish VIENNE, 6 juillet (Reuters) - Les négociations qui se tiennent à Vienne sur le programme nucléaire iranien s'apparentent en théorie à tout sauf à une partie de plaisir pour la horde de journalistes, d'experts et de diplomates engagés dans une course contre la montre en vue d'un potentiel accord censé clore un contentieux de plus de dix ans. Mais les apparences sont souvent trompeuses. "Les affaires prospèrent", se réjouit un gérant de maison close de la capitale autrichienne, espérant à demi-mot que les négociations se poursuivent le plus longtemps possible au vu des retombées financières sur son établissement. Refroidis par les prix pratiqués à Lausanne, en Suisse, où s'est tenu le dernier round de négociation en mars, des journalistes ne cachent pas leur plaisir de revenir en Autriche où les maisons closes sont légales et les rumeurs légion. Certains évoquent l'existence de souterrains secrets reliant des bordels au Palais Cobourg, un hôtel du 19e siècle qui accueille les pourparlers entre le groupe G5+1 et Téhéran. Une rumeur infondée qui, selon un diplomate, tirerait son origine du film "Le troisième homme" de Carol Reed et sa légendaire scène de poursuite dans les égouts de la ville. Pour certains négociateurs, rien ne vaut toutefois un bon bol d'air frais pour tenter de se déconnecter des discussions sur les centrifugeuses et sur les détails techniques des inspections des sites iraniens par l'Onu. L'un d'entre eux a ainsi parcouru 70km en vélo le long du Danube, visiblement pas refroidi par l'accident de vélo du secrétaire d'Etat américain John Kerry en mai à la veille d'une rencontre avec son homologue iranien. D'autres ont profité de leur temps libre pour piquer une tête dans les piscines de la ville. "UN JOUR SANS FIN" Plus de deux ans après le début des discussions, la patience de certains semble toutefois avoir atteint ses limites et la réussite de ce qui est présenté comme la dernière ligne droite tourne à l'obsession. "C'est assez obsessionnel, j'aimerais bien faire autre chose. Il y a de quoi devenir chèvre", souligne un diplomate. Car hôtel de luxe ou pas, dix jours de buffet identique ont rapidement eu raison de la bonne humeur des négociateurs, journalistes ou diplomates les mieux disposés. La délégation iranienne a trouvé la parade en se faisant livrer des plats d'un restaurant perse local. Avant même l'annonce d'une extension des pourparlers, initialement prévus pour durer jusqu'au 30 juin, une délégation se préparait déjà mentalement à jouer les prolongations et esquissait un parallèle avec "Un jour sans fin", un film dans lequel un homme revit encore et encore la même journée. Pour tenter d'apaiser la lassitude des journalistes, un employé du ministère des Affaires étrangères autrichien apporte au moins une fois par jour des glaces à la presse. Le chef de la diplomatie autrichienne Sebastian Kurz a invité les journalistes étrangers à un brunch dominical. Un évènement qui a donné lieu à des scènes étonnantes entre des journalistes, les correspondants iraniens et israéliens - dont les pays sont à couteaux tirés - se prêtant volontiers au jeu du selfie en posant aux cotés du ministre autrichien. (Avec Louis Charbonneau et Fedja Grulovic, Marine Pennetier pour le service français)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.