1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Mais qui est vraiment Vladimir Poutine ?

Le Point28/04/2014 à 16:07

Vladimir Poutine.

Vladimir Poutine est à nouveau dépeint par les Occidentaux comme un grand épouvantail. Son activisme pour annexer la Crimée a réveillé ses détracteurs, qui, après sa réélection à la tête de l'État russe, ses premiers succès économiques et l'incontestable réussite des Jeux olympiques de Sotchi, avaient préféré faire profil bas. Ces derniers jours, les Américains le soupçonnent d'avoir dissimulé en Suisse près de 40 milliards de dollars et menacent de mettre la main sur son magot. Barack Obama annonce presque chaque semaine de nouvelles sanctions contre la Russie. On n'en finit plus de se demander qui est le vrai Vladimir Poutine, s'il est un dirigeant clairvoyant, un tsar autoritaire, un leader nationaliste ou un James Bond parvenu sur un malentendu à grimper au sommet du pouvoir ? Vladimir Fédorowski, moitié russe, moitié ukrainien par ses parents, tente de nous faire découvrir le vrai Poutine. Pour ce faire, il se penche sur l'enfance du chef dans son dernier livre Poutine l'itinéraire secret (*). À égale distance entre les réformateurs et les conservateurs Agent du KGB sans génie ni disposition particulière, il peine à sortir du lot. Ses supérieurs le décrivent (déjà ?) comme asocial et ne lui confient à Leningrad puis à Dresde que des missions subalternes. Au moment où l'URSS se disloque, les espions ne veulent plus de lui et le cantonnent à un rôle d'adjoint du directeur de l'université de la Venise du Nord. Anatoli...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer