1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Magistrat, le vice-président d'Anticor est visé par une enquête administrative
Le Monde18/09/2019 à 03:18

Eric Alt est convoqué, jeudi, par la direction des services judiciaires pour son rôle dans l'affaire de Richard Ferrand et des Mutuelles de Bretagne.

Un magistrat peut-il militer au sein d'une association de lutte contre la corruption ? Et doit-il s'en justifier auprès de sa hiérarchie ? La question est posée à Eric Alt, vice-président de l'association Anticor et premier vice-président adjoint au tribunal de grande instance de Paris, chargé de la départition des prud'hommes. Selon nos informations, M. Alt fait l'objet d'une convocation, jeudi 19 septembre, par la direction des services judiciaires, après l'ouverture d'une enquête administrative.

Deux faits lui sont reprochés. Le premier est une prise de position publique, en tant que responsable associatif. Invité de France 3 Corse ViaStella le 16 février, il avait répondu aux critiques de la préfète régionale de l'île. Josiane Chevalier avait déploré publiquement qu'Anticor ait saisi le Parquet national financier (PNF) plutôt que le parquet de Corse dans une affaire de fraude aux primes agricoles. M. Alt avait alors relevé à l'antenne que « le procureur s'affiche aux côtés de la préfète », et que, dès lors, « son apparence d'impartialité pour conduire une enquête (...) est quelque peu gaspillée ». Cette déclaration lui avait déjà valu un entretien informel avec sa hiérarchie.

Mais Eric Alt fait également l'objet d'une enquête administrative pour avoir représenté Anticor dans l'affaire de Richard Ferrand et des Mutuelles de Bretagne. Classée sans suite en 2017, à l'issue d'une première instruction, cette affaire de « prise illégale d'intérêt » et de « manquement au devoi...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer