Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Macron se pose en recours contre le Front national

Reuters23/11/2016 à 15:29

EMMANUEL MACRON SE POSE EN RECOURS CONTRE LE FRONT NATIONAL

par Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - Une semaine après l'annonce de sa candidature à l'élection présidentielle de 2017, Emmanuel Macron se pose en recours contre l'arrivée au pouvoir du Front national dans un livre publié jeudi, "Révolution", dans lequel il règle des comptes.

L'ancien conseiller et ex-ministre de l'Economie de François Hollande renvoie dos à dos la droite, en pleine bataille pour la désignation de son candidat, et la gauche de gouvernement.

"Je ne me résous pas à être enfermé dans des clivages d'un autre temps", écrit l'ancien banquier de 38 ans, qui consent à être qualifié à la fois de libéral et d'homme de gauche mais juge les partis traditionnels "morts".

"Si nous ne nous ressaisissons pas, dès le mois de mai prochain, ou dans cinq ans, ou dans dix ans, le Front national sera au pouvoir", ajoute Emmanuel Macron, qui assure dans Le Point proposer "le seul discours alternatif au FN".

Dans cet ouvrage de 264 pages, obtenu par Reuters et tiré dans un premier temps à 200.000 exemplaires par l'éditeur XO Editions, il fait cependant un détour par un long récit de ses origines, d'Amiens à l'Elysée et Bercy en passant par des études de philosophie, Sciences Po, l'Ecole nationale d'administration.

Il revient sur une "enfance dans les livres" dans une famille de médecins hospitaliers et auprès d'une grand-mère enseignante, sa rencontre avec son épouse Brigitte, dont il était l'élève au Lycée d'Amiens avant de monter à Paris, et les rencontres qui l'ont conduit à s'engager en politique.

De ses quatre ans à la banque d'affaires Rothschild, sur lesquelles ses détracteurs l'attaquent régulièrement, il dit ne rien regretter. "J'y ai appris un métier ; tous les responsables politiques devraient en avoir un", fait-il valoir.

Il dit aussi assumer les conseils prodigués à François Hollande, les bons comme les mauvais, comme secrétaire général de l'Elysée pendant deux ans, à partir de 2012, et la politique conduite ensuite au ministère de l'Economie, échecs compris.

"Puis vint le temps des blocages et des désaccords" après les attentats de novembre 2015 à Paris : il dénonce "l'absence de véritable volonté réformiste" et d'ambition européenne et le "débat stérile" sur la déchéance de nationalité.

GENDRE IDÉAL ET FILS REBELLE

Des désaccords qui le conduisent à créer son mouvement "En Marche !" en avril 2016 et à quitter le gouvernement fin août.

Il rejette l'accusation de trahison brandie par ses anciens collègues mais également à droite.

"Lorsqu'on dit que j'aurais dû obéir au président comme une machine, renoncer à mes idées, enchaîner à son destin la réalisation de ce que je crois juste, simplement parce qu'il m'avait nommé ministre, que dit-on ? Que l'idée du bien public doit s'effacer devant celle du service rendu."

"C'est à mon pays seul que va mon allégeance, non à un parti, à une fonction ou à un homme", ajoute Emmanuel Macron.

Il dénonce au passage les critiques et les calomnies de "ceux dont la loyauté va (...) à un système" qui leur assure "avantages" et "prébendes".

L'ancien protégé de François Hollande aux allures policées de gendre idéal s'affiche en fils rebelle :

"J'ai décidé de ne payer aucun tribut à un système politique qui ne m'a jamais véritablement reconnu pour l'un des siens", écrit-il. "Si j'ai décidé de défier les règles de la vie politique, c'est que je ne les jamais acceptées."

Et d'estimer plus loin avec des accents marxisants en apparence éloignés de ses sources d'inspiration : "Nous sommes en train de vivre un stade final du capitalisme mondial qui, par ses excès, manifeste son incapacité à durer véritablement."

S'il se défend d'avoir écrit un ouvrage-programme, il n'en livre pas moins, après un diagnostic sévère de l'état du pays, les grandes lignes d'un projet ([L8N1DO2IK]) dans lequel il prend souvent le contrepied du gouvernement qu'il a servi.

Il s'élève ainsi contre la "prolongation sans fin" de l'état d'urgence, qui pose selon lui "plus de questions qu'elle ne résout de problèmes".

Il promet par ailleurs de transformer en allègements de charges pour les entreprise le crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE), dont il a été un artisan comme conseiller de François Hollande.

Il laisse d'autre part entendre qu'il réformera l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF), tabou pour la gauche.

(Edité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.