1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Macron remet le premier prix Simone-Veil à la Camerounaise Aissa Doumara Ngatansou
Le Parisien08/03/2019 à 14:56

Macron remet le premier prix Simone-Veil à la Camerounaise Aissa Doumara Ngatansou

En cette journée des droits des femmes, Emmanuel Macron remettait pour la première fois le prix Simone-Veil, créé en hommage à l'ancienne ministre.C'est la Camerounaise Aissa Doumara Ngatansou qui l'a reçu pour son travail d'accompagnement d'aide des victimes de viols et son combat contre les mariages forcés dans son pays.Emmanuel Macron a salué l'« engagement de plus de 20 ans » d'Aissa Doumara Ngatansou « au service des femmes, mené dans le silence, parfois l'opprobre ». « Vous vous êtes indignée et vous n'avez pas cédé [...] C'est un exemple de courage, celui de remettre en cause le poids des héritages », a-t-il déclaré.S'exprimant à l'Elysée devant un grand portrait en noir et blanc de Simone Veil, Aissa Doumara Ngatansou a déclaré accueillir ce prix « avec beaucoup d'émotion » et l'a dédié « à toutes les femmes victimes de violences et de mariages forcés, à toutes les rescapées de Boko Haram », le groupe djihadiste actif au Nigéria et dans les zones frontalières. LIVE null Remise du Prix Simone Veil de la République française pour l'égalité femmes - hommes. #8marshttps://t.co/WXqluauErN-- Élysée (@Elysee) 8 mars 2019Née en 1972 dans le nord du Cameroun, Aissa Doumara Ngatansou a perdu sa mère à 11 ans avant d'être mariée, à 15 ans, sans son consentement. Elle décide néanmoins de poursuivre ses études. En 1996, elle cofonde une section de l'Association de lutte contre les violences faites aux femmes (ALVF) dans la ville de Maroua, dont elle est aujourd'hui la coordinatrice.Son association vient en aide chaque année à plus d'un millier de femmes, qu'elle aide à « retrouver le goût à la vie » après un viol ou un mariage forcé, a-t-elle expliqué. Elle mène aussi des actions dans les villages pour qu'aucune jeune fille ne soit contrainte à se marier sans avoir fini ses études et sans son choix.L'ALVF s'est également engagée, avec l'aide d'ONG, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • Berg690
    08 mars17:32

    Macron aussi!

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer