1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Macron propose en Afrique une nouvelle donne au côté de l'Europe
Reuters28/11/2017 à 14:20

MACRON PROPOSE EN AFRIQUE UNE NOUVELLE DONNE AU CÔTÉ DE L'EUROPE

OUAGADOUGOU (Reuters) - Emmanuel Macron a proposé mardi à la jeunesse africaine une relation renouvelée, passant par la construction de liens renforcés entre l'Afrique et l'Europe, et pour laquelle la France pourrait selon lui jouer un rôle d'intermédiaire.

Le président français a ainsi évoqué la possibilité pour la France de coordonner les aides multilatérales, européennes et sa propre aide au développement "pour être plus efficace".

Les projets pourraient être davantage conçus avec les étudiants, les entreprises et les ONG locales, a-t-il dit lors d'un discours à l'université de Ouagadougou (Burkina Faso).

"Je veux être à vos côtés celui qui aidera l'Europe à saisir cette chance" d'une relation renforcée, a-t-il ajouté.

Il a dit devant les étudiants son désir de tourner plusieurs pages historiques, celles de la colonisation - "un passé qui doit passer" marqué de "crimes incontestables" - et d'une conception française de l'Afrique de l'Ouest comme un pré carré.

"Il n'y a plus de politique africaine de la France", a-t-il assuré, provoquant de forts applaudissements, tout en soulignant que le destin de la France était lié à celui du continent.

L'aide française au développement, dont il a promis qu'elle serait portée à 0,55% du PIB d'ici 2022, l'aide militaire par la présence de soldats au Sahel et son implication diplomatique, notamment pour la Libye, en sont selon lui autant de preuves.

Il a cité les défis auxquels la jeunesse africaine est confrontée en l'appelant à les relever : terrorisme, changement climatique, démographie, urbanisation et démocratie, promettant sur ce dernier point que la France ne donnerait pas "de leçons".

"C'est en vous que réside une partie de la solution", a-t-il dit. "La solution ne viendra pas de l'extérieur mais elle ne viendra pas non plus du statu quo ou de vielles habitudes."

"L'éducation sera la priorité absolue du nouveau partenariat que je vous propose", a-t-il déclaré, en évoquant les risques de radicalisme religieux.

Pour aider les étudiants, il a promis des visas de plus longue durée, tandis qu'un "passeport talents" devra permettre à un millier de jeunes supplémentaires de venir en France.

ACTION EN LIBYE

A la veille d'un sommet Europe-Afrique, il a proposé aux pays africains et européens une initiative contre les organisations criminelles, dont les passeurs, et pour aider les migrants, en permettant en particulier le retour dans leur pays de ceux qui sont en danger en Libye.

Emmanuel Macron, qui avait déploré quelques minutes auparavant un déploiement trop lent de la force conjointe du G5 Sahel, a jugé indispensable que cette force remporte des premières "victoires" militaires sur le terrain.

Il a également abordé les défis de la santé, appelant les investisseurs français à investir dans le développement de cliniques, et de la démographie.

Il a sur ce sujet mis l'accent sur la nécessaire promotion des femmes dans les pays africains, précisant qu'elles deviendraient prioritaires dans certaines actions françaises en matière d'éducation, et qui doivent être capables de choisir quand elles se marient et ont des enfants.

Emmanuel Macron a évoqué un fonds d'un milliard d'euros pour contribuer au développement des petites et moyennes entreprises.

Un sommet en France en 2020 avec les chefs d'Etat et de gouvernement africains aura pour coeur la question des villes "durables", un enjeu social et climatique pour l'Afrique dans lequel les entreprises françaises ont des compétences.

Le président français avait auparavant minimisé l'attaque à la grenade survenue à Ouagadougou, quelques heures avant son arrivée, soulignant que cette "réaction" à sa venue était sans commune mesure avec les attentats meurtriers dont la capitale avait été le théâtre.

Des étudiants ont manifesté en marge du déplacement du chef de l'Etat à l'université.

Selon le porte-parole de la présidence de la République, Bruno Roger-Petit, "un véhicule de la délégation a fait l'objet d'un jet de pierres" lors du passage d'un convoi dans lequel n'était pas Emmanuel Macron.

(Marine Pennetier à Ouagadougou et Jean-Baptiste Vey à Paris, édité par Yves Clarisse)

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M3977476
    28 novembre14:34

    Il serait bon que ce monsieur macaron relativise ses propos... Des crimes incontestables, bien sur qu'il y en a eu... du coté des colons, comme du coté des colonisés. Mais il y a aussi eu des dons et des héroïsmes incontestables, de chaque coté aussi... Ce n'est pas salir la France que de la salir en permanence.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer