1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Macron-Poutine : comment briser la glace?
Le Parisien19/08/2019 à 07:11

Macron-Poutine : comment briser la glace?

L'entourage du président sourit encore en songeant au lieu choisi pour la conférence de presse, tout en démonstration de force, à l'occasion de la première visite de Vladimir Poutine dans la France d'Emmanuel Macron : la galerie des Batailles du château de Versailles ! Plus de deux ans ont passé. Après l'antre du Roi Soleil, le maître du Kremlin est cette fois invité dans la résidence d'été du président, le Fort de Brégançon (Var), pour un entretien en tête à tête suivi d'un dîner.L'Elysée enjoint à ne « pas surinterpréter » cette « visite de travail ». Mais comment ne pas y voir une marque d'égard ? Lorsqu'il a décidé de « réarmer » Brégançon, Macron rêvait d'y recevoir des dirigeants étrangers dans « un cadre plus intimiste », soit celui dans lequel il passe désormais ses vacances en famille. À quelques jours du G7 (ex G8) de Biarritz, dont la Russie est exclue depuis l'annexion de la Crimée il y a cinq ans, l'objectif est bien « de créer du lien », comme disent pudiquement les conseillers élyséens. Et de se poser en médiateur, en capacité « de pouvoir ajouter à la conversation avec ses pairs » le week-end prochain.Les désaccords ne manquent pasUn bémol, tout de même. « En dehors du Moyen-Orient, où la Russie est incontournable, et de ses prés carrés européens, on ne voit pas très bien la prise que Poutine pourrait avoir sur les grands sujets qui, pour certains, menacent la paix et l'ordre dans le monde », tempère François Heisbourg. Le conseiller spécial de la Fondation pour la recherche stratégique songe notamment à la crise de Hongkong, à la guerre commerciale sino-américaine ou au Brexit.En ce qui concerne directement Moscou, les désaccords ne manquent pas. L'Elysée espère « ouvrir un nouvel espace pour la négociation » dans le dossier ukrainien et explique, sur la guerre en Syrie comme sur le nucléaire iranien, vouloir demander au président russe « ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • CHANOMAR
    19 août10:15

    ah ah macron a fait la méme chosse avec la police de castener une dicature critiqué dans le monde entier

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer