Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Macron mis sous pression sur Notre-Dame-des-Landes
Reuters02/12/2017 à 18:07

MACRON MIS SOUS PRESSION SUR NOTRE-DAME-DES-LANDES

NANTES (Reuters) - Les partisans du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) mettent la pression sur Emmanuel Macron, alors que les trois médiateurs qu'il a désignés sur ce dossier s'apprêtent à rendre leur rapport.

Trois associations ont ainsi symboliquement rebaptisé samedi une place du centre-ville de Nantes en "place du référendum du 26 juin 2016", date de la consultation ayant vu 55% des habitants de Loire-Atlantique se prononcer en faveur du "transfert" de l'aéroport actuel, avec la construction d'un nouvel aéroport sur le site de Notre-Dame-des-Landes.

L'association Des Ailes pour l'Ouest, l'Association contre le survol de l'agglomération nantaise (Acsan) et le Collectif citoyen engagé pour le transfert de l'aéroport (Cocéta) vont également organiser le 13 décembre un rassemblement à Paris, près de l'Assemblée nationale, le jour de la remise du rapport des trois médiateurs.

Le 25 novembre dernier, des partisans du "transfert" avaient déjà déambulé dans le centre-ville de Nantes avec une maquette géante d'avion, accompagnés d'une sono diffusant des bruits de réacteurs, avant de simuler un crash en pleine rue.

Objectif: alerter sur les nuisances sonores et les dangers du survol de la ville liés au maintien de l'aéroport actuel.

Les partisans du transfert redoutent en effet que les trois médiateurs ne se prononcent pour un simple réaménagement de l'aéroport Nantes Atlantique, situé à dix kilomètres du centre-ville.

OPPOSITIONS PERSISTANTES

Un an et demi après le référendum local, le soutien au "transfert" reste majoritaire, selon un sondage Ifop commandé par le syndicat mixte aéroportuaire (SMA) du Grand Ouest, qui regroupe les vingt collectivités locales finançant le projet de Notre-Dame-des-Landes.

D'après les résultats de cette enquête, "54% des Français (et 60% des habitants du quart Nord-Ouest) attendent le respect des engagements pris par le Président de la République pendant la campagne en faveur du transfert de l'aéroport", précise le SMA dans un communiqué en soulignant que 54% des habitants de Loire-Atlantique sont toujours favorables au transfert.

Plus des trois quarts des Français (76%) estiment que les pouvoirs publics doivent appliquer la volonté des citoyens lorsqu'une consultation a été organisée au niveau local et plus de la moitié (58%) sont favorables à une évacuation de la ZAD par les forces de l'ordre, note le SMA dans un communiqué.

"J'ai toute confiance dans la capacité (d'Emmanuel Macron) à respecter son engagement", commente dans un communiqué Philippe Grosvalet, président (PS) du conseil départemental de Loire-Atlantique, qui a succédé à Bruno Retailleau (LR) à la tête du SMA.

"Il s'agit maintenant de faire appliquer les 178 décisions de justice et de respecter le choix des citoyens."

Reste que ces initiatives ne sont pas du goût des opposants au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

"Après avoir fait pression sur la commission de médiation, la manoeuvre du SMA est de faire pression sur le gouvernement", critique le CéDpa (Collectif des élus doutant de la pertinence du projet d'aéroport).

"Pourtant, le SMA a entendu comme nous les médiateurs présenter leur façon de faire : travailler sur les données les plus objectives possible, et non sur des opinions."

Le syndicat mixte aéroportuaire est ainsi accusé par les opposants au projet d'aéroport de vouloir "attiser les tensions".

"Le travail de fond mené par la médiation est susceptible de mettre à jour les mensonges qui ont fondé ce projet. Est-ce cela qui l'effraie, au point de le pousser à une ultime manipulation de l'opinion ?", s'interroge encore le collectif d'élus dans un communiqué de presse.

Selon le syndicat mixte aéroportuaire, l'actuel aéroport de Nantes a franchi en novembre le cap des cinq millions de passagers "avec dix ans d'avance" sur les prévisions du plan d'affaires de la concession signée en décembre 2010 avec Aéroports du Grand Ouest (AGO), filiale du groupe Vinci.

L'équipement a connu 170 jours de saturation en 2017, selon le SMA, contre 6 en 2011.

(Guillaume Frouin, édité par Myriam Rivet)

22 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • frk987
    03 décembre18:17

    En tant qu'actionnaire de Vinci j'aurais même l'outrecuidance de dire , mais voui faisons cette ineptie.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer