1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Macron et Philippe cèdent face aux Gilets jaunes : les coulisses d'un recul
Le Parisien04/12/2018 à 21:13

Macron et Philippe cèdent face aux Gilets jaunes : les coulisses d'un recul

« C'est un tournant, c'est clair », admet un conseiller ministériel. On se souviendra de la journée de ce mardi comme celle du premier renoncement d'Emmanuel Macron. Lui qui se plaisait à fustiger ceux de ses prédécesseurs, pour mieux se poser en réformateur déterminé, se voit contraint de reculer sur la taxation du carburant. « Il ne le dit pas lui-même, ce n'est pas un hasard », note un familier du pouvoir.Selon nos informations, la décision a été arrêtée dimanche après-midi, lors d'un tête-à-tête entre le président et son Premier ministre, Édouard Philippe. Les ministres concernés sont prévenus dans la foulée. La réunion de lundi, rassemblant onze d'entre eux, permet de caler les derniers détails, de faire le tour des autres gestes possibles, des corps socio-professionnels susceptibles de s'embraser. Et à Gérald Darmanin et Bruno Le Maire de rappeler « qu'il faut corréler la baisse des taxes à la baisse de la dépense publique ».« Le moratoire était indispensable d'un point de vue politique. Mais d'un point de vue économique et écologique, c'est un crève-cœur », déplore un macroniste, pour qui tout ceci aurait pu être évité s'il avait été prévu « dès le départ un mécanisme pour amortir les pics en cas d'augmentation du prix du pétrole ».«Il y a une semaine de trop»Mais, justifie Macron en petit comité, « une taxe ne vaut pas qu'on déstabilise le pays ». « Il voulait un geste fort », avance l'Élysée. Que ne l'a-t-il fait plus tôt ? Le chef de l'État a envisagé d'annoncer cette « suspension » mardi dernier, lors de son discours sur la transition écologique, avant de renoncer. « À l'époque, Matignon souhaitait voir comment allait évoluer le mouvement », glisse le même. Façon de renvoyer la balle à la rue de Varenne ? En coulisses, les Marcheurs sont de plus en plus nombreux à pester contre l'orthodoxie budgétaire de leurs amis venus de droite.Les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • 2mains
    04 décembre22:39

    quelques dizaines de milliers de Français veulent bloquer la France et la mettre à genoux , ils refusent la discussion , menacent de mort les GJ ouverts au dialogue , leur premier objectif est le choas et leur deuxieme objectif est de mettre des lepen ou melenchon au pouvoir

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer