Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Macron engage un bras de fer social qui définira son quinquennat

Reuters03/04/2018 à 17:14

MACRON ENGAGE UN BRAS DE FER SOCIAL QUI DÉFINIRA SON QUINQUENNAT

PARIS (Reuters) - Emmanuel Macron engage mardi, avec le lancement du mouvement de grève des cheminots, un bras de fer social qui déterminera les quatre prochaines années de son quinquennat.

Face au spectre de 36 jours de grèves, le chef de l'Etat poursuit une voie médiane, mêlant fermeté sur l'objectif de réformer la SNCF et souplesse relative sur le détail du projet.

Il n'a guère le choix : céder briserait son image et son élan et chercher le K.-O. braquerait les syndicats et l'aile gauche de sa majorité, fragilisant sa capacité à mener les réformes annoncées, notamment celle des retraites.

"Le gouvernement tiendra bon, dans l'écoute, dans la concertation, dans le dialogue", a confirmé mardi la ministre des Transports, Elisabeth Borne, assurant que la loi reflèterait certaines demandes des syndicats.

"Le statu quo n'est pas acceptable", a répété le Premier ministre, Edouard Philippe, lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale.

L'opinion publique, déterminante pour une éventuelle "coagulation" des mécontentements crainte par le gouvernement et décisive dans le recul de 1995, est partagée. Selon un sondage Ifop publié dans Le Journal du Dimanche, 53% des personnes interrogées jugent que le mouvement n'est pas justifié, 46% estimant qu'il l'est.

Les Français ne semblent en revanche pas douter de la détermination de l'exécutif, 72% pensant qu'il ira au bout de la réforme alors que 27% tablent sur un recul.

"Combien de gouvernements ont essayé de réformer la SNCF ? Il y a un moment où il faut que quelqu'un le fasse", explique un membre du gouvernement. "On n'a pas peur des grèves, la réforme est compréhensible, les Français ne sont pas idiots, ils savent que le statut des cheminots ne peut pas exister ad vitam aeternam."

"LA GRANDE BATAILLE SOCIALE EST ENGAGÉE"

L'opposition, qui peine à surmonter les défaites électorales de 2017 et dont l'appel à la résistance à la réforme par ordonnances du Code du travail s'est soldé par un échec, espère retrouver des forces à la faveur du mouvement.

"La grande bataille sociale est engagée", a proclamé Jean-Luc Mélenchon, président du groupe La France insoumise à l'Assemblée, appelant à "la fédération des mouvements en cours", dans un billet publié sur son site internet.

Outre la SNCF, où la moitié du personnel nécessaire au fonctionnement des trains était en grève mardi, des grèves ont notamment touché Air France et les secteurs du traitement des déchets et de l'énergie. Des mouvements qui interviennent sur fond de colère des retraités touchés par la hausse de la CSG et des fonctionnaires.

Selon le président de l'UDI, Jean-Christophe Lagarde, l'ambition de la CGT et d'autres opposants dépasse largement la question de la SNCF.

"Le but du jeu, c'est de simplement mettre fin au mandat d'Emmanuel Macron parce que s'il recule sur la SNCF, s'il laisse mourir cette entreprise, il ne pourra plus en faire une seule", a-t-il dit sur LCP.

La CGT, qui tente d'organiser une "convergence des luttes" avec une mobilisation réunissant les "travailleurs, les privés d'emploi, les retraités et les jeunes" le 19 avril, n'a pour l'instant pas été suivie, FO, la CFDT, la CFE-CGC et la CFTC ayant décliné cette offre.

Selon le même membre du gouvernement, les foyers de mécontentement n'ont rien à voir les uns avec les autres. "Quel serait le dénominateur commun ? Le refus de changement ? L'immobilisme ?", s'est-il interrogé.

Les députés La République en marche vantaient mardi l'ouverture au dialogue du gouvernement et renouvelaient leur souhait de "tordre le cou à des mensonges" comme le soupçon de privatisation de la SNCF.

Le projet de loi "pour un nouveau pacte ferroviaire" est examiné à partir de ce mardi en commissions à l'Assemblée. L'examen en séance commencera lundi.

Le gouvernement a dit sa volonté de remplacer au fur et à mesure de la concertation, qui aura lieu jusqu'à fin avril, les articles d'habilitation à légiférer par ordonnances par des articles de loi classiques.

(Jean-Baptiste Vey avec Marine Pennetier et Elizabeth Pineau, édité par Sophie Louet)

6 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • Alco121
    04 avril08:30

    Courage hollande ! La France des usagers est derriere toi et memere

    Signaler un abus

  • PtiMinet
    03 avril17:50

    @janaliz : +1

    Signaler un abus

  • janaliz
    03 avril17:41

    Si le fond est justifié, la forme est nullissime. La provocation et la négation de l'autre n'ont jamais rien apporté.

    Signaler un abus

  • Garasixt
    03 avril17:40

    La grande bataille sociale dit Mélenchon. Oui, mais qui paie? Ne vaut-il pas mieux attendre les résultats de la reprise pour lâcher du lest. Le "grand utopique" ne dit pas comment il trouve l'argent à part celui de la fraude et des fonds planqués dans les paradis fiscaux. Par contre, il ne donne pas la recette pour le récupérer. Si c'était si facile ce serait fait depuis longtemps.

    Signaler un abus

  • PtiMinet
    03 avril17:30

    Ceux qui s'engagent si ouvertement sur la non privatisation et l'absence de fermeture des petites lignes auront-ils des comptes à rendre un jour ? Ca vaut l'engagement que j'avais en début de carrière pour partir en retraite après 37,5 annuités. On saura bien nous expliquer qu'on ne peut pas faire autrement un jour. Il est inéluctable de réformer, mais il faut arrêter de faire des promesses intenables (en continuant à nous prendre pour des c.. au passage).

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.