Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Luxe: le détecteur de faux, ange du marché de l'occase en Chine
AFP03/05/2021 à 14:37

Zhang Chen vérifie à la loupe l'authenticité d'un sac dans les locaux de son établissement, l'Ecole commerciale des grands produits de luxe, le 24 mars 2021 à Pékin, en Chine ( AFP / WANG ZHAO )

Zhang Chen vérifie à la loupe l'authenticité d'un sac dans les locaux de son établissement, l'Ecole commerciale des grands produits de luxe, le 24 mars 2021 à Pékin, en Chine ( AFP / WANG ZHAO )

C'est le premier marché mondial du luxe -- et aussi des produits contrefaits. Alors que le commerce de l'occasion prend enfin racine en Chine, l'expertise d'un détecteur de copies prend de la valeur... sous la forme de petits cours bien facturés.

Une montre suisse, un sac Hermès ou des bottes en caoutchouc estampillées Prada. A l'aide d'une loupe, Zhang Chen examine attentivement logos, coutures et numéros de série pour distinguer le vrai du faux.

La plupart des gens se font avoir par "de bonnes imitations qui se distinguent peu" de l'original, reconnaît M. Zhang, qui a fondé à Pékin son propre établissement: l'Ecole commerciale des grands produits de luxe.

L'homme y dispense ses conseils d'expert du sac à main bidon devant une classe comble.

Prix du stage de sept jours: 15.800 yuans (2.000 euros). Un tarif qui vaut le coup d'après Zhang Chen, si l'on veut survivre dans un marché de l'occasion en plein essor.

Le marché chinois du luxe représente la somme astronomique d'environ 4.000 milliards de yuans (500 mds d'euros), selon le cabinet d'études de marché UIBE Luxury China.  

Mais le marché des produits de deuxième main décolle à son tour. Il reste modeste en comparaison -- seulement 17,3 milliards de yuans (un peu plus de 2 mds d'euros) -- mais il a presque doublé entre 2019 et 2020, d'après le cabinet Forward Business Information. 

"Les Chinois achètent le tiers des produits de luxe vendus dans le monde mais leur taux de revente, à 3%, est très inférieur aux 25% à 30% constatés dans les pays occidentaux", relativise Zhang Chen.

- Faussaires en recyclage -

Pour ceux qui sautent le pas, savoir reconnaître les imitations est indispensable pour éviter les arnaques.

Zhang Chen donne des cours à des élèves de l'Ecole commerciale des grands produits de luxe, le 24 mars 2021 à Pékin, en Chine ( AFP / WANG ZHAO )

Zhang Chen donne des cours à des élèves de l'Ecole commerciale des grands produits de luxe, le 24 mars 2021 à Pékin, en Chine ( AFP / WANG ZHAO )

"La doublure d'un sac à main Chanel noir doit être rose", lance le professeur à ses élèves, de jeunes hommes et femmes qui l'écoutent d'un air attentif.

Sous une lampe à ultra-violets, les stagiaires examinent les numéros de série de la marque française.

"Le secret, c'est qu'il y a deux lettres qui brillent", explique le spécialiste, lui-même devenu expert du luxe au Japon.

Savoir distinguer la fonte d'un logo peut permettre "de reconnaître un tiers des copies sur le marché", ajoute-t-il.

Pour Xu Zhihao, un trader de 31 ans, investir dans de l'occasion semble une bonne affaire, tant les clients potentiels sont prêts à s'offrir l'objet de leurs rêves sans pour autant trop dépenser.

"Un beau sac peut se revendre très bien", assure le jeune homme, qui juge le marché "similaire aux produits financiers que je vends actuellement".

Zhang Chen donne des cours à des élèves de l'Ecole commerciale des grands produits de luxe, le 24 mars 2021 à Pékin, en Chine ( AFP / WANG ZHAO )

Zhang Chen donne des cours à des élèves de l'Ecole commerciale des grands produits de luxe, le 24 mars 2021 à Pékin, en Chine ( AFP / WANG ZHAO )

Un grand sac Louis Vuitton de la gamme Neverfull se revend aisément 9.000 yuans (plus de 1.000 euros) au bout de deux ans, soit une décote de 20% seulement, tandis qu'un sac à main Gabrielle de chez Chanel garde facilement 60% à 70% de sa valeur.

- Dix secondes suffisent -

Les produits doivent bien sûr rester en bon état.

"Faites attention aux marques laissées par les ongles", lance Zhang Chen. "Les manucures ont la cote en ce moment".

Parmi ses élèves, l'enseignant a repéré d'anciens faussaires, mais il se rassure: ils viennent pour se recycler dans des métiers honnêtes.

Zhang Chen donne des cours à des élèves de l'Ecole commerciale des grands produits de luxe, le 24 mars 2021 à Pékin, en Chine ( AFP / WANG ZHAO )

Zhang Chen donne des cours à des élèves de l'Ecole commerciale des grands produits de luxe, le 24 mars 2021 à Pékin, en Chine ( AFP / WANG ZHAO )

Zhang Chen assure qu'il ne lui faut en général que 10 secondes pour déterminer si un produit est authentique ou non. 

En plus de ces cours, l'expert assure des diagnostics en ligne. Certains clients lui envoient ainsi des photos de montres ou de vêtements afin qu'il tranche.

Mais le métier évolue et les grandes marques misent sur la technologie pour défendre leurs produits, que certaines ont commencé à équiper de puces électroniques afin de garantir leur origine.

A Pékin, l'expert Zhang ne craint pas pour autant de se retrouver au chômage. "Toute technologie a son talon d'Achille", philosophe-t-il. "Le marché de l'identification des produits de luxe existera toujours, même si les méthodes devront s'adapter". 

qy/rox/bar/am

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer