Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Luxe : des consommateurs de plus en plus exigeants

RelaxNews22/11/2013 à 13:26

Rémy Oudghiri, directeur du département Tendances & Insights, Ipsos IPSOS

(Relaxnews) - Comment les consommateurs abordent-ils le luxe aujourd'hui ? Le constat est différent dans les pays émergents, "nouvelle clientèle" du marché du luxe, et sur le continent européen, nettement plus frileux. Rémy Oudghiri, directeur du département Tendances & Insights chez Ipsos, nous éclaire sur le sujet.

Relaxnews : Malgré la crise, le marché du luxe se maintient en 2013, comment l'expliquez-vous ?

Rémy Oudghir : Le désir de luxe n'a pas été entamé, au contraire. Les consommateurs font toujours des arbitrages et la notion de qualité est importante. Ils sont prêts à payer plus cher pour un produit qui sera résistant au temps. La dimension d'investissement du luxe reste une valeur refuge. A côté de cela on observe aussi une dimension émotionnelle. Quand le monde est instable, les consommateurs ont envie d'oublier que tout va mal. Certains n'ont peut-être plus accès au luxe, mais celui-ci conserve sa valeur attractive. On voit bien que les discounters souffrent de la crise, c'est parce qu'ils représentent l'anti-plaisir et la rationalité, et les consommateurs n'ont pas envie de se voir renvoyer le miroir d'eux-mêmes. Le luxe en revanche joue une fonction de sublimation.

R. : Dans les pays émergents où ce secteur est en expansion, le rapport des consommateurs au luxe a-t-il évolué ces dernières années ?

R. O. : Sur ces marchés, le luxe ostentatoire reste une dominante. En Chine notamment, beaucoup de consommateurs disent que le luxe leur permet d'afficher leur réussite économique. Mais sur ce même marché, on observe de plus en plus une demande d'information sur les produits. Certains consommateurs commencent à s'intéresser à l'origine et à l'histoire des marques qu'ils achètent. On le remarque notamment dans le secteur des vins de prestige, où la connaissance des produits est plus manifeste qu'avant. Une partie de la clientèle achète maintenant par goût. Si cela reste minoritaire aujourd'hui, cette tendance va s'affirmer dans les années à venir.

R. : Quelle perception les consommateurs européens ont-ils du marché du luxe aujourd'hui ?

R. O. : Les touristes étrangers ont pris le relais d'une consommation européenne affectée par la crise. Les européens ont le sentiment que les prix ont augmenté ces cinq dernières années à cause de cette nouvelle clientèle. Ils se sentent lésés et mis à l'écart par cette inflation qui, selon eux, ne s'accompagne pas d'une hausse de qualité. Il n'y a pas pour autant un rejet du luxe, mais les consommateurs européens ont nettement le sentiment qu'on ne s'adresse plus à eux de la même manière, et cela peut être une menace à terme sur ce marché.

R. : Que peut-on prévoir pour 2014 en terme de consommation sur le marché européen ?

R. O. : Les signaux sont positifs en Angleterre et en Allemagne où la confiance économique et le désir de luxe sont présents. Dans l'Europe du sud (France, Italie et Espagne), en revanche, le contexte reste difficile : la clientèle traditionnelle ne bouge pas, mais il y a peu d'espoir de voir arriver de nouveaux clients sur le marché du luxe.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.