1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Luc Chatel : «L'UMP n'est pas à la hauteur, elle est inaudible»
Le Parisien26/06/2014 à 22:34

Luc Chatel : «L'UMP n'est pas à la hauteur, elle est inaudible»

Nommé secrétaire général de l'UMP par intérim, au côté du triumvirat Fillon-Juppé-Raffarin, le député de la Haute-Marne Luc Chatel reste très inquiet sur l'avenir de son parti.

Cela fait un peu plus de deux semaines que vous êtes aux commandes de l'UMP. Comment jugez-vous cette tâche  ?

LUC CHATEL. - Vu les risques immenses pour l'UMP, ça n'est pas une sinécure ! Mais il y a des moments où l'on doit assumer les missions que l'on vous confie. Une mission de 150 jours avant le congrès qui élira un nouveau président, d'apaisement, de remise en ordre du parti. Il ne s'agit pas de faire le procès d'une époque, mais de permettre à notre famille politique de changer d'époque.

Travailler au côté d'un triumvirat de trois anciens Premiers ministres, ce n'est pas trop pesant  ?

L.C. - On se parle en permanence. On s'efforce de faire simple, fluide, efficace. Avec l'élection du futur président, il est vital de démontrer aux Français qu'on peut réussir un bel exercice de transparence et de démocratie.

L'opposition que vous prétendez incarner est-elle à la hauteur aujourd'hui  ?

L.C. - Elle n'est pas à la hauteur, elle est inaudible. Le risque, c'est de désespérer les Français qui sont déjà excédés par le mode d'action de François Hollande et l'inefficacité du gouvernement.

Celui qui sera élu président de l'UMP prendra forcément une bonne option pour 2017...

L.C. - Nous n'échapperons pas à une primaire en 2016, quoi qu'il en soit. Mais ne nous voilons pas la face pour autant : celui qui sera élu en novembre aura forcément une longueur d'avance sur les autres. C'est une évidence.

L'UMP est-elle sauvable  ?

L.C. - Nous n'avons pas le choix, surtout quand on a un président de la République autant affaibli et un Front national si fort. La question n'est pas celle de l'avenir du parti, mais de l'avenir du pays. Car le pays a besoin d'une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer