1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Löw abat la carte jeunes
So Foot20/03/2019 à 14:00

Löw abat la carte jeunes

C'est une Mannschaft considérablement rajeunie, et amputée pour la première fois de Thomas Müller, Mats Hummels et Jérôme Boateng qu'affrontera ce soir la Serbie en amical à Wolfsburg. La conséquence du ravalement de façade opéré dernièrement par Joachim Löw, désireux de donner le pouvoir à sa brillante jeunesse, emmenée par Joshua Kimmich, Leroy Sané ou Timo Werner. Trois noms en forme d'arbres, cachant une immense forêt de talents.

Neuf ans. Il faut remonter presque neuf ans en arrière pour retrouver trace, dans l'histoire, d'un Allemagne-Serbie. C'était le 18 juin 2010, à Port Elizabeth, en Afrique du Sud. Au Nelson Mandela Bay Stadium, la Serbie avait surpris des Allemands (0-1) réduits à dix après l'exclusion de Miroslav Klose. Un exploit que pas mal de monde a oublié, outre-Rhin comme ailleurs. L'Allemagne s'est tout de même qualifiée pour le second tour, atteignant, comme le veut la tradition du football allemand, le dernier carré, portée qu'elle était par quelques-unes de ses plus belles promesses, lancées dans le grand bain cet été-là. Leurs noms ? Manuel Neuer, Sami Khedira, Mesut Özil ou Thomas Müller. Leur héritage ? Oh, trois fois rien : des sélections à la pelle, un football érigé au rang de référence, des demi-finales en veux-tu en voilà, une quatrième couronne mondiale en 2014 et un fiasco, celui de juillet dernier, en Russie. Celui-là est encore trop chaud. Personne ne l'a oublié.

Changement d'ère


La campagne foirée de Ligue des Nations, conclue par une relégation en Ligue B en fin d'année, a même plutôt eu tendance à remuer le couteau dans la plaie. Et à fragiliser davantage encore l'homme à la base de tous les succès précédemment évoqués, Joachim Löw. Miraculeusement maintenu à son poste par la fédération allemande (DFB), "Jochi" le sait : il n'a plus de parachute. Alors, celui qui dirige la Nationalmannschaft a mis de côté les sentiments, et a lâché du lest pour enrayer sa chute. Atterrissage prévu ce soir à 20h45 à Wolfsburg, à la Volkswagen-Arena, pour un amical face à la Serbie destiné à préparer le déplacement aux Pays-Bas, dimanche en ouverture des qualifications à l'Euro 2020. Et de Port Elizabeth à la Basse-Saxe, c'est peu dire que le paysage a changé.

Mats, Thomas, Jérôme : Danke pour ce moment

Quoi de plus normal, neuf ans

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer