1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Lourdes et Nevers se disputent la dépouille de Bernadette Soubirous

Le Parisien28/04/2015 à 16:02

Lourdes et Nevers se disputent la dépouille de Bernadette Soubirous

«Ah bon ! C'est une surprise !». Comme nombre de touristes, Michel apprend au pied de la Basilique de l'Immaculée Conception que Bernadette Soubirous ne repose pas près de la grotte de Lourdes où, selon l'Eglise catholique, la Vierge Marie lui est apparue à 18 reprises en 1858.

Pour José Marthe, conseiller général de droite depuis 39 ans à Lourdes (Hautes-Pyrénées), «le moment est venu» de rendre à la cité mariale «sa» bergère: «A Nevers, les soeurs subissent une diminution d'effectifs (voir encadré). Il me paraît inimaginable qu'un jour, seuls des laïcs soient en charge de Bernadette». L'élu a ainsi fondé en septembre l'association «Pour le retour de Bernadette Soubirous à Lourdes», avec plusieurs descendants de la famille de la sainte. «Ce n'est pas une idée mercantile», assure son vice-président, Francis Bayoumeu, gérant de la «Maison paternelle de Bernadette», un petit musée qui promet «tous les souvenirs» de la sainte à ses 60 000 visiteurs annuels. «Notre démarche est pure», renchérit M. Marthe, fort de 300 adhérents à l'association et de «la légitimité des Lourdais d'une façon écrasante».

«Bernadette était venue à Nevers pour se cacher»

«Il me paraît tout à fait logique que l'enfant du pays, notre idole, revienne à Lourdes», estime Benoît Castérot, autre vice-président de l'association et descendant de la mère de Bernadette, Louise Castérot. «Bernadette est partie sous la contrainte car il y avait une pression médiatique. Elle n'a jamais souhaité quitter Lourdes», argue M. Bayoumeu, époux de l'arrière-petite-nièce de la sainte.

La Sainte repose au couvent Saint-Gildard de Nevers

Sans cesse sollicitée par la presse et les pèlerins, Bernadette Soubirous quittait les Hautes-Pyrénées en 1866, à 22 ans, pour le couvent Saint-Gildard de Nevers (Nièvre), où elle mourrait le 16 avril 1879. Dans une chapelle à la décoration sobre, elle y repose dans une châsse de verre et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • Berg690
    28 avril17:02

    La preuve que ça rapporte!

    Signaler un abus

  • M4709037
    28 avril16:23

    bataille de clochers, comme si rien de plus important existait.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer