Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Lourd bilan après l'effondrement d'un immeuble au Bangladesh

Reuters 26/04/2013 à 00:15

LE BILAN DE L'EFFONDREMENT D'UN IMMEUBLE AU BANGLADESH S?ALOURDIT

par Serajul Quadir et Ruma Paul

SAVAR, Bangladesh (Reuters) - Le bilan de l'effondrement d'un immeuble de la banlieue de Dacca, la capitale du Bangladesh, s'est alourdi à 251 morts, pour la plupart des femmes travaillant dans la confection, et un millier de blessés.

De nombreuses personnes sont toujours bloquées sous les décombres plus de vingt-quatre heures après le désastre.

Le gouvernement a décrété une journée de deuil national et les drapeaux ont été mis en berne sur les édifices publics.

Le Rana Plaza, un bâtiment de huit étages situé à Savar, à 30 km de Dacca, abritait des ateliers de confection et un centre commercial.

Jeudi, au lendemain du drame, des corps mais aussi des survivants étaient toujours retirés des ruines et les secours poursuivaient leurs recherches, parfois à mains nues, dans une chaleur suffocante.

"J'ai cru que c'était un tremblement de terre", a raconté Shirin Akhter, une ouvrière de 22 ans payée l'équivalent de 29 euros par mois, qui commençait sa journée de travail quand l'immeuble s'est effondré. Elle est restée coincée pendant plusieurs heures avant de pouvoir être dégagée.

Des corps enveloppés dans des linceuls blancs ont été alignés dans la cour d'une école voisine, où des parents et des proches viennent aux nouvelles et sont parfois appelés à identifier une victime.

Selon le président de l'Association des fabricants et des exportateurs de vêtements (BGMEA), Mohammad Atiqul Islam, 3.122 ouvriers se trouvaient à l'intérieur du bâtiment mercredi.

Des fissures avaient été repérées mardi, a-t-il dit citant des responsables locaux.

Selon Mohammad Asaduzzaman, responsable de la police, les propriétaires des ateliers de confection n'auraient pas tenu compte d'un avertissement leur demandant d'interdire à leurs salariés l'accès au bâtiment après la détection de ces fissures.

L'autorité de développement de la ville de Dacca a engagé des poursuites pour construction défectueuse contre le propriétaire du Rana Plaza, l'homme politique local Mohammed Sohel Rana, qui a pris la fuite.

COLÈRE DES ONG

Les autorités ont également porté plainte contre le propriétaire et cinq ateliers de confection pour homicide.

Un millier d'employés du secteur textile ont manifesté jeudi devant les locaux de la BGMEA. Ils ont jeté des pierres sur le bâtiment et affronté la police anti-émeute. Ces employés exigent la fermeture de l'ensemble des usines textiles et de sévères condamnations pour les propriétaires en cas d'accident.

De nombreuses marques de vêtements européennes et nord-américaines font fabriquer leurs produits au Bangladesh, où près de 3,6 millions d'ouvriers travaillent dans l'industrie de la confection, ce qui en fait le deuxième pays exportateur de vêtements au monde derrière la Chine.

En novembre dernier, un incendie dans une usine textile d'Ashulia, banlieue industrielle de la capitale bangladaise, avait fait 112 morts et 150 blessés.

Face à de telles tragédies, plusieurs ONG mettent en cause les conditions de travail et l'exploitation des salariés du tiers-monde par l'industrie textile.

Pour le Britannique John Hilary, directeur de War on Want, la volonté des grands distributeurs occidentaux de toujours réduire les coûts augmente la pression sur les fournisseurs étrangers, avec des conséquences inévitables sur les mesures de sécurité et d'hygiène.

"Plus les coûts doivent baisser, moins il est possible de respecter les normes dans ces domaines et on en arrive à des catastrophes comme celle de mercredi", a-t-il dit.

"Il faut que ces négligences cessent. La mort de ces ouvrières aurait pu être évitée si les sociétés internationales, les gouvernements et les propriétaires d'usine avaient pris en compte la sécurité des salariés."

Un avis partagé par Gareth Price-Jones, directeur de l'ONG britannique Oxfam au Bangladesh.

"Les acheteurs occidentaux pourraient faire beaucoup plus, ils en ont le devoir moral", a-t-il souligné.

Avec James Davey et Neil Maidment à Londres, Bertrand Boucey, Guy Kerivel et Danielle Rouquié pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.