Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Loko-Pedros-Ouédec : "Le PSG ne pouvait pas nous blairer"
So Foot22/04/2020 à 14:01

Loko-Pedros-Ouédec : "Le PSG ne pouvait pas nous blairer"

En 1992, le FC Nantes est au bord du dépôt de bilan, interdit de recrutement, et installe par défaut une génération de joueurs formés au club. Trois ans plus tard, ces Canaris sont sacrés champions de France: 32 matchs d'affilée sans défaite, meilleure attaque, meilleure défense, meilleur buteur et meilleur passeur. Une saison monumentale menée par Coco Suaudeau sur le banc, Christophe Pignol en défense, Makélélé dans les bras de la fille du coach, un PDG de la Biscuiterie Nantaise (BN) comme président et un trident d'esthètes devant. Plusieurs années après, Nicolas Ouédec, Patrice Loko et Reynald Pedros se mettent à table et revivent leurs exploits, entre un chutney de céleri, des noix de Saint-Jacques rôties et une bonne bouteille de saumur-champigny.

Article publié initialement dans le SO FOOT 125 d'avril 2015.

Plus de vingt ans après la saison extraordinaire du FC Nantes en 1994-1995, vous vous rendez compte que votre génération a marqué les gens?
Patrice Loko. Stade plein, jeu intéressant et on gagnait tout le temps. Beaucoup ont voulu se reconnaître là-dedans. Les gens de nos âges nous le disent, mais aussi leurs enfants: "J'avais 10 ans et je me souviens très bien de vos matchs."
Nicolas Ouédec. Je me rends compte maintenant de l'impact qu'on a pu avoir sur la génération de certains trentenaires aujourd'hui. Mais à l'époque, on était trop dans notre foot pour réaliser ce qu'on pouvait donner aux spectateurs.
PL. On ne se rendait pas compte de la manière dont on pouvait jouer, et de la manière dont les gens pouvaient prendre du plaisir à nous voir jouer. Je ne pensais pas que c'était aussi beau.
Reynald Pedros. Quand les supporters nantais parlent de nous, je leur dis: "Non, mais attendez les gars, la génération suivante a plus gagné que nous: le championnat et deux coupes." Pas rien. Pourtant les supporters disent que notre génération était meilleure. C'est ça qui me fait dire qu'elle a marqué les Nantais. Ils s'intéressaient peut-être beaucoup plus au jeu qu'aux titres. Avant nous, Nantes avait quand même fait de très belles choses. Et je ne vois pas trop quelle influence notre génération a pu avoir sur le foot français. Bon, après, rester invaincu 32 matchs d'affilée sur toute une saison n'a pas encore été égalé. On pouvait pourtant s'attendre Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer