1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Loi travail : les révélations fracassantes d'un CRS

Le Point13/05/2016 à 06:04

Les manifestations contre la loi travail sont souvent émaillées de débordements.

Son témoignage est édifiant. Dans les colonnes du Journal du dimanche, un CRS revient sur les manifestations contre la loi travail et sur le renforcement du plan Vigipirate après les attentats de janvier. À bout de nerfs, Pascal* a visiblement besoin de vider son sac. « J'ai l'impression d'être devenu un pion politique », lâche-t-il, désabusé. Et pour cause : selon lui, le gouvernement est sans aucun doute responsable du malaise qui règne chez les forces de l'ordre.

Au cours de l'entretien, il revient notamment sur la manifestation du 9 avril, contre la loi travail. Ce jour-là, un groupe cagoulé, bien connu des services de renseignements, prend la tête du cortège parisien. « On avait un signalement précis. On s'est dit qu'on n'allait pas les laisser passer? On n'a jamais reçu l'ordre », s'indigne-t-il à l'hebdomadaire. « Au lieu de ça, on les a laissés progresser tranquillement. Ce jour-là, un collègue officier a été blessé gravement à la jambe par un tir de mortier. »

Un contexte difficile

Le CRS va même jusqu'à évoquer la volonté du gouvernement de « pourrir le mouvement ». « Une manifestation qui se passe bien, on parle du fond. Quand vous avez des casseurs, on se focalise sur les violences et les vitres cassées », analyse-t-il, avant d'assurer que les débordements auraient pu être évités. Quant aux interpellations, elles permettraient d'afficher la fermeté de l'exécutif....

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer