1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Loi travail : deux syndicalistes devant les tribunaux

Le Point05/09/2016 à 11:13

Devant l'hôpital Necker, à Paris, lors de la manifestation du 14 juin 2016 contre la loi travail.  

Alors que le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, appelle à une nouvelle journée de mobilisation contre la loi travail le 15 septembre prochain, la justice se penchera, le 25 novembre, sur la culpabilité éventuelle de deux membres de sa centrale impliqués dans les heurts qui se sont produits lors de la dispersion de la manifestation du 14 juin dernier, dans la capitale.

Ce jour-là, des dizaines d'individus s'étaient opposés aux forces de l'ordre place Vauban, à Paris. Des casseurs avaient jeté des projectiles sur les vitres de l'hôpital Necker, voisin. Et le mobilier urbain avait été saccagé. Plusieurs témoins affirment que, parmi les assaillants, se trouvaient des représentants de la Fédération nationale des ports et docks (CGT Dockers), reconnaissables à leurs gilets rouges portant le sigle de la CGT.

Une quarantaine de personnes avaient été blessées (dont 29 policiers, selon la préfecture). Et soixante personnes avaient été interpellées. Les organisateurs de la manifestation affirment que ce sont les charges des CRS qui ont provoqué ces débordements. « Les affrontements qui ont émaillé la fin de la manifestation [...] sont de l'entière responsabilité des forces de l'ordre qui ont, sans aucune explication possible, agressé notre cortège en faisant usage de leur matraque et de gaz lacrymogène », a expliqué la Fédération. Qui souligne que ses équipes médicales sont d'ailleurs intervenues...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer