Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Loi Travail-Des solutions au blocage examinées en coulisses

Reuters26/05/2016 à 17:20
    * Valls reste ferme, appuyé par Hollande 
    * Il utilisera "tous les moyens" contre la pénurie d'essence 
    * Un amendement socialiste refait surface 
 
    par Elizabeth Pineau 
    PARIS, 26 mai (Reuters) - Le gouvernement a réaffirmé jeudi 
son intransigeance face aux mouvements contre la loi Travail, 
promettant d'assurer l'approvisionnement en carburant et en 
électricité des Français tout en envisageant des aménagements à 
la marge du texte.  
    En première ligne dans cette guerre d'usure, Manuel Valls a 
répété qu'il n'était pas question de renoncer au projet de loi, 
dont la CGT demande le retrait, mais a jugé possible des 
"améliorations" sans toucher à sa "philosophie". 
    Une position approuvée par François Hollande, qui a déclaré 
en marge du sommet du G7 au Japon qu'il partageait les propos du 
Premier ministre et qu'ils en avaient parlé. 
    Alors que le blocage de raffineries et de dépôts de 
carburant par des militants de la CGT provoquent un début de 
pénurie, le Premier ministre a assuré que tout serait fait pour 
assurer l'approvisionnement énergétique du pays.  
    "On ne peut pas bloquer un pays, on ne peut pas s'en prendre 
ainsi aux intérêts économiques de la France", a-t-il répété lors 
des questions d'actualité à l'Assemblée nationale, en cette 
huitième journée de grèves et de manifestations à l'appel d'une 
intersyndicale conduite par la CGT, appuyée par Force ouvrière.  
    "Je n'hésiterai pas à utiliser tous les moyens que me donne 
l'Etat de droit pour faire respecter l'intérêt général, la libre 
circulation", a-t-il prévenu. 
    Ferme face au mouvement social, le gouvernement cherche en 
coulisses une porte de sortie, au prix d'une certaine confusion. 
    Comme le chef de file des députés socialiste Bruno Le Roux, 
et le rapporteur du texte, Christophe Sirugue la veille, Michel 
Sapin a évoqué jeudi une éventuelle modification de l'article 2 
du projet de loi réformant le marché du travail. 
    Cet article, au coeur du texte, affirme notamment la 
primauté de l'accord d'entreprise sur l'accord de branche, ce 
qui est considéré par la CGT et Force ouvrière (FO) comme une 
"inversion de la hiérarchie des normes" inacceptable.    
    "Peut-être faut-il toucher à l'article 2", a dit le ministre 
des finances sur LCP. Ce à quoi Manuel Valls a aussitôt rétorqué 
sur RMC et BFM TV : "On ne touchera pas à l'article 2." 
     
    CONTACTS AVEC FORCE OUVRIÈRE  
    Une cacophonie déplorée par le président du groupe PS au 
Sénat, Didier Guillaume.  
    "Nous aurions pu être meilleurs en terme de cohérence. En 
tout état de cause, la volonté du gouvernement, du chef de 
l'Etat et de la majorité, c'est d'aller jusqu'au bout de cette 
loi Travail", a dit ce proche de François Hollande sur France 3. 
  
    L'article 2 réécrit les dispositions du Code du travail 
relatives à la durée et l'organisation du travail et donne la 
primauté à la négociation d'entreprise. 
    Bruno Le Roux et Christophe Sirugue proposent d'amender cet 
article pour donner aux branches un pouvoir de contrôle a priori 
sur les accords d'entreprises, alors que le texte actuel ne leur 
donne qu'un droit de regard a posteriori. 
    "Si modifier c'est réécrire l'article 2 pour supprimer la 
primauté de l'accord d'entreprise, bien évidemment que non", a 
dit Christophe Sirugue sur RTL.  
    "Si c'est travailler sur l'article 2 pour répondre à la 
problématique soulevée par quelques-uns sur le risque de dumping 
social, la réponse est oui", a-t-il ajouté.  
    Alors que la CGT reste intraitable, des contacts sont pris 
avec FO pour tenter de faire évoluer le rapport de forces. 
    "Oui, je pense qu'on peut travailler avec FO", a déclaré à 
quelques journalistes Catherine Lemorton, présidente PS de la 
commission des Affaires sociales de l'Assemblée. 
    Un sénateur socialiste approuve : "La CGT est isolée, FO 
commence à replier ses gaules", croit-il savoir. "On peut 
trouver une porte de sortie via des accords salariaux et autour 
de l'amendement Sirugue, d'ailleurs approuvé par une très grande 
majorité de parlementaires socialistes."  
    La voie semble étroite, si l'on en croit le secrétaire 
général de Force ouvrière, Jean-Claude Mailly.  
    "Force ouvrière n'acceptera jamais, vous m'entendez jamais, 
l'inversion de la hiérarchie des normes", a-t-il prévenu jeudi 
lors de la manifestation parisienne. 
    Pascal Pavageau, secrétaire confédéral FO chargé de 
l'économie, décrypte : "Si le gouvernement veut donner un signe, 
c'est premièrement il gèle l'examen du projet de loi, 
deuxièmement il met tout le monde autour de la table et il 
maintient l'égalité de droits, donc la hiérarchie des normes". 
 
 (Avec Emile Picy, Ingrid Melander et Jean-Baptiste Vey, édité 
par Emmanuel Jarry) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.