1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Loi Asile et Immigration : ces députés «frondeurs» qui dérangent la majorité

Le Parisien18/04/2018 à 11:49

Loi Asile et Immigration : ces députés «frondeurs» qui dérangent la majorité

A peine le mot lâché, leurs poils semblent se hérisser et leurs yeux s'écarquiller. Eux préfèrent parler d'un simple « bras de fer amical» au sein d'«une majorité plurielle». Ce mot, c'est celui de «fronde». Une «fronde» dont ils seraient les hérauts face au corrosif projet de loi «Asile et immigration» porté par le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb.Il faut dire que jamais, depuis l'accession d'Emmanuel Macron à l'Elysée, un texte n'a autant divisé la majorité présidentielle. 200 des 1000 propositions d'amendements débattus cette semaine émanent des rangs LREM. Parmi eux, une dizaine de députés (sur 312) se déclarent prêts à s'abstenir ou à voter contre vendredi. S'appuyant sur la colère du monde associatif, tous dénoncent un dispositif « déséquilibré » entre « humanisme » et « efficacité » - le couple si cher au pouvoir -, et consacrant le « recul des droits des étrangers ».Issus des rangs socialistes et écologistes ou de la société civile, ils refusent catégoriquement d'être comparés aux parlementaires « frondeurs » du gouvernement Valls (2014-2017). Une subtilité sémantique qui n'empêche pas le patron du groupe LREM de monter au créneau. Richard Ferrand s'est dit prêt « à casser des oeufs s'il le faut ». Comprendre : exclure purement et simplement les réfractaires. Une menace avalisée implicitement par Emmanuel Macron dimanche soir, puis par le porte-parole de l'Elysée Christophe Castaner lundi.Voici le portrait de plusieurs de ces apprentis contestataires.Sonia Krimi, députée de la Manche. Depuis le 19 décembre dernier, elle est le visage de ces tourments internes. « Les centres de rétention deviennent des centres de détention et sont indignes de notre République ! », lâchait en pleine séance parlementaire la néophyte Sonia Krimi au patron de la Place Beauvau, Gérard Collomb. Après une thèse de science économique et une carrière ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer