Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Logement: La réforme du PTZ atténuée, annonce Macron

Reuters06/10/2017 à 14:03

LOGEMENT: LA RÉFORME DU PTZ ATTÉNUÉE, ANNONCE MACRON

PARIS (Reuters) - Emmanuel Macron a annoncé vendredi que le prêt à taux zéro (PTZ), principal dispositif d'aide à l'accession à la propriété, serait prolongé dans les zones rurales, contrairement à ce qui était prévu dans la première mouture du plan logement, mais avec un plafond réduit.

Le chef de l'Etat, qui s'exprimait devant une conférence organisée par la Fédération nationale du bâtiment, a fait un autre geste pour apaiser les craintes des professionnels du secteur en proposant des discussions sur l'évolution du périmètre de crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE), afin d'éviter une "rupture brutale".

Le plan présenté le mois dernier prévoyait le recentrage du PTZ sur les seules zones "tendues" (A et B1), à savoir pour l'essentiel Paris, une partie de l'Ile-de-France et la Côte-d'Azur, à compter de 2018.

Cette décision a provoqué l'inquiétude chez les élus des communes rurales et les constructeurs de maisons individuelles, les principaux acteurs du logement dans ces zones, qui ont estimé que "50 à 70.000 ménages modestes" seraient privés d'une aide indispensable pour s'engager dans l'accession.

Emmanuel Macron a dit avoir entendu leurs doléances sur des mesures "qui pouvaient donner le sentiment d'une fracture".

"Ce que je demande au gouvernement, c'est de garder la philosophie d'ensemble de la réforme mais que, sur le PTZ en zones B2 et C, on puisse ouvrir très rapidement la semaine prochaine une concertation", a-t-il déclaré.

Alors que le PTZ permet de financer jusqu'à 40% du coût d'une opération, il a évoqué la possibilité d'en ramener le plafond à 20% dans ces zones non prioritaires.

"PAS DE RUPTURE"

Un tel taux "ne créerait pas une rupture (...), ça donnerait de la visibilité. Ça montre aux territoires ruraux que la construction est importante chez eux", a expliqué le chef de l'Etat.

S'agissant du périmètre du CITE, l'exclusion programmée des portes, fenêtres et vitrages de ce dispositif à partir de mars prochain dans le projet de loi de finances 2018 a été critiquée par les artisans du bâtiment, qui ont dénoncé "un coup de massue" pour la rénovation énergétique des bâtiments.

Là aussi, Emmanuel Macron a proposé d'ouvrir des discussions avec les professionnels sur le sujet.

"Je souhaite qu'on puisse l'accompagner en sifflet, qu'il y ait une discussion avec le secteur et qu'on puisse en 2018 mettre sur pied quelque chose de plus intelligent", a-t-il dit.

Il a cependant réaffirmé sa volonté de "recentrer" le dispositif sur le seul double vitrage à finalité thermique.

Il a par ailleurs annoncé que cette aide passerait "du crédit d'impôt à une dotation sur base déclarative".

Pour le reste, le président de la République a défendu le plan logement, qui repose aussi sur une baisse des aides au logement compensée par une baisse des loyers dans les HLM.

"Aujourd'hui on met de la dépense publique à tous les étages. On met de la dépense publique qui est légitime dans le secteur HLM et c'est tout à fait normal, par des aides, par des subventions de produits fiscaux, etc. C'est une politique que nous continuerons à avoir de manière volontariste", a-t-il dit.

"Mais on met aussi beaucoup de dépenses publiques pour solvabiliser les ménages qui sont dans ces mêmes logements HLM. Et donc vous voyez qu'il y a quand même quelque chose de croquignolesque quand on augmente les loyers d'un côté et les APL de l'autre pour le même secteur, c'est quand même un peu ridicule collectivement ce qu'on a fait."

"Et donc on se retrouve aujourd'hui à dépenser deux points de produit intérieur brut dans le secteur, dont quasiment un point sur les APL, et on est le pays en Europe qui est quasiment le moins efficace pour le traitement du mal logement", a-t-il conclu.

(Marine Pennetier, avec Yann Le Guernigou et Myriam Rivet, édité par Sophie Louet)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.