1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

«Listes communautaristes» : le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau veut l'interdiction
Le Parisien20/10/2019 à 17:09

«Listes communautaristes» : le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau veut l'interdiction

L'idée est écartée a priori par le gouvernement mais elle est soutenue par des responsables politiques de divers bords. Bruno Retailleau, le patron des sénateurs LR, va déposer une proposition de loi pour interdire les « listes communautaristes » aux élections afin de « contrer ce qui est une forme de sécession ».« Après avoir présenté une liste aux européennes, l'Union des démocrates musulmans français veut maintenant en présenter aux municipales », justifie l'élu de Vendée au Journal du dimanche. Créée en 2012, l'UDMF a recueilli moins de 29 000 voix aux européennes, avec cependant des pics dans quelques communes en région parisienne.Les listes « communautaristes » veulent « privilégier une partie de la population alors que notre République est "indivisible" », critique le président du groupe LR au Sénat. Il propose « d'interdire tout financement public d'un mouvement communautariste qui ne respecterait pas les principes de souveraineté nationale et de laïcité, et de prohiber, sous le contrôle du juge administratif, les candidatures et la propagande électorale communautaristes ».Le Pen et Jadot pour une interdictionCela impliquera « l'interdiction de signes religieux comme le voile sur les affiches ou les professions de foi » et « nous souhaitons aussi que les élus, dans l'exercice de leur mandat, soient désormais tenus à une stricte neutralité », poursuit Bruno Retailleau. Aujourd'hui, la jurisprudence de la Cour de cassation n'élargit pas aux conseillers municipaux le devoir de neutralité religieuse des agents publics.Dimanche, la présidente du Rassemblement national Marine Le Pen s'est dit en « accord » avec cette idée d'interdire les listes communautaires, « dont les candidats répondent à un certain nombre de critères religieux ou d'origine ». Mais une telle interdiction serait insuffisante, a-t-elle jugé sur RTL-LCI-Le Figaro, appelant à un « plan de lutte contre le ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer