1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Ligue des champions : à Bruges, le manifeste réaliste de Kylian Mbappé
Le Monde23/10/2019 à 04:41

L'attaquant du Paris Saint-Germain, remplaçant contre son gré, a transformé la rencontre en deuxième période et assuré la victoire parisienne 5-0 avec un triplé.

Au royaume des primitifs flamands, le Paris Saint-Germain a complété, mardi 23 octobre dans la soirée, un spectaculaire triptyque, Kylian Mbappé parachevant le chef-d'œuvre en une demi-heure saisissante de réalisme. Le stade Jan-Breydel de Bruges, ayant vu ses enfants écartelés 5-0, a salué les maîtres comme on s'incline devant une Madone de Van Eyck. Kylian Mbappé est reparti avec le ballon sous le bras, récompense du triplé, et Angel Di Maria avec ses pinceaux fins : mardi, l'assistant argentin a donné trois passes décisives. Depuis le début de saison, l'atelier tourne grâce à lui.

Le Paris Saint-Germain, avec trois victoires en autant de matches de Ligue des champions, est presque qualifié, même si la victoire du Real Madrid à Galatasaray (0-1) maintient un semblant de suspense. Il n'a pas encaissé le moindre but sur cette phase aller et ses adversaires n'ont cadré qu'un seul tir (zéro pour Bruges mardi). Paris a marqué neuf fois quand, de ses trois titulaires présumés en attaque, un seul a joué, 30 minutes contre Galatasaray et 40 minutes à Bruges : Kylian Mbappé.

En trente minutes, Kylian Mbappé a transformé ce qui n'était qu'une croûte, un « match de merde », a tranché l'entraîneur parisien Thomas Tuchel. Paris, après l'ouverture du score précoce par Mauro Icardi - quelle ouverture de Thiago Silva ! -, avait préféré s'arrêter de jouer. Le ballon était abandonné aux Brugeois volontaires et techniques, mais trop limités physiquement pour réellement inquiéter la défense centrale parisienne, dirigée comme une tortue romaine par son capitaine brésilien.

... Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer