1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Libye-L'Est dénonce un pacte après la prise des ports pétroliers
Reuters15/03/2017 à 20:13

    BENGHAZI, Libye, 15 mars (Reuters) - Le Parlement de l'Est 
libyen s'est dit mercredi favorable à la fin de l'accord 
d'unification de la compagnie nationale pétrolière libyenne, la 
NOC, au lendemain de la reprise par les forces de l'Est des 
principaux ports pétroliers du pays. 
    Les combats pour le contrôle des ports du "Croissant 
pétrolier", une bande côtière située au sud-ouest de Benghazi, a 
fait craindre une escalade de la violence et un échec de la 
relance de la production pétrolière en Libye. 
    Le communiqué publié mercredi par la commission de l'énergie 
du Parlement de l'Est libyen demande à l'Armée nationale 
libyenne (ANL) du général Khalifa Haftar de remettre les ports 
pétroliers d'Es Sider et de Ras Lanouf une fois qu'elle les aura 
sécurisés. Le communiqué ne dit pas à qui l'ANL doit les rendre. 
    A l'origine, l'ANL s'était emparée d'Es Sider, de Ras Lanouf 
et de deux autre terminaux en septembre dernier. Et elle les a 
remis à la NOC à Tripoli, ce qui a permis à la production 
pétrolière libyenne de plus que doubler. La Libye est membre de 
l'Opep. 
    Cette décision faisait suite à un accord conclu en juillet 
pour réunifier la NOC Tripoli et la NOC concurrente qui s'était 
implantée à Benghazi, dans l'est du pays, à la faveur de la 
situation troublée qui règne dans le pays depuis la chute de 
Mouammar Kadhafi. 
    Jusqu'aux récents combats pour le contrôle des ports qui 
opposait l'ANL et les Brigades de défense de Benghazi (BDB), 
l'ANL avait continué à autoriser l'exportation du pétrole sous 
l'autorité de Tripoli, même si l'accord de réunification de la 
NOC avait été retardé. 
    Le communiqué de la commission de l'énergie du Parlement de 
l'Est explique qu'il est favorable à ce qu'ils soit mis fin à 
l'accord de réunification notamment parce que le siège de la NOC 
n'a pas été transféré à Benghazi, comme prévu. 
    "Nous informons tout un chacun de la fin de l'accord par 
lequel les ports pétrolières ont été remis à la soi-disant NOC 
unifiée", lit-on dans le communiqué. 
    La production nationale pétrolière libyenne a baissé 
d'environ 100.000 barils pour revenir à 600.000 barils par jour 
après l'attaque lancée par les BDB le 3 mars. 
    Mercredi, des dirigeants de l'ANL expliquaient poursuivre 
les frappes aériennes contre les BDB, après les avoir chassées 
des ports. 
 
 (Ayman al-Warfalli; Danielle Rouquié pour le service français) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer