Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Libye-Haftar réclame le démantèlement des forces de Seraj

Reuters20/05/2016 à 21:14
    PARIS, 20 mai (Reuters) - Le général libyen Khalifa Haftar, 
considéré comme l'homme fort de l'Est libyen, pose le 
démantèlement des forces du gouvernement d'accord national (GNA) 
comme préalable à un éventuel rapprochement dans la lutte contre 
le groupe Etat islamique, dans une interview diffusée vendredi. 
    "Une armée ne peut s'unir à des milices. Donc ces milices 
doivent être démantelées. Il est impensable pour nous de 
travailler avec ces factions armées", a-t-il déclaré dans cet 
entretien accordé à la chaîne française iTELE. 
    Un accord conclu en décembre sous l'égide de l'Onu devait en 
théorie mettre fin aux divisions entre deux gouvernements 
rivaux, l'un à Tripoli et l'autre à Tobrouk, qui se disputent 
depuis 2014 le contrôle du pays et de ses gisements pétroliers. 
    Mais le Parlement de Tobrouk refuse sa confiance au 
gouvernement d'union censé supplanter les deux administrations 
rivales. 
    Par ailleurs, le général Haftar et des milices venant de 
l'Ouest du pays ont récemment envoyé des troupes distinctes en 
direction de Syrte, devenu le fief des djihadistes de l'EI en 
Libye, laissant présager un nouvel épisode de chaos. 
    Le chef du GNA, Fayez Seraj, a appelé la semaine dernière 
les différentes forces en présence à faire cause commune contre 
l'organisation EI au sein d'un commandement militaire unfifié, 
un scénario que rejette pour l'heure le général Haftar.  
    "Nous n'avons pas pour le moment de liens avec M. Seraj. Le 
conseil présidentiel qu'il dirige n'est toujours pas reconnu par 
le gouvernement", a déclaré le chef militaire Khalifa Haftar. 
    "Je voudrais souligner que M. Seraj s'appuie sur des 
milices. De notre côté, nous refusons ces milices. Ce refus est 
un principe appliqué dans tous les pays du monde", s'est 
justifié cet ancien allié de Mouammar Kadhafi, avec lequel il 
s'est brouillé dans les années 1980.  
    Le gouvernement d'accord national est arrivé sous haute 
protection à Tripoli le 30 mars et tente, depuis, d'assoir sa 
légitimité. 
    La confusion qui règne depuis l'éviction de Mouammar 
Kadhafi, en 2011, a profité à l'EI qui a pris pied en Libye 
ainsi qu'aux réseaux de passeurs qui monnaient la traversée de 
la Méditerranée auprès des migrants et réfugiés. 
 
 (Simon Carraud, édité par Nicolas Delame) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.