1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Libre-échange : Hulot demande aux députés d'avoir «le courage de dire non» au CETA
Le Parisien22/07/2019 à 11:18

Libre-échange : Hulot demande aux députés d'avoir «le courage de dire non» au CETA

Le CETA, traité de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada, sera solennellement voté mardi à l'Assemblée nationale. Alors qu'à gauche comme à droite, des voix s'élèvent contre le texte, l'ancien ministre pour la Transition écologique publie une lettre ouverte aux députés. « Ayez le courage de dire non », leur demande-t-il.« Demain chacun de vous aura plus de pouvoir que tous les ministres de l'écologie réunis », commence-t-il, comme un aveu terrible au sentiment d'impuissance qui l'a fait démissionner le 28 août dernier. Vient immédiatement la critique contre « un exécutif qui agit comme si ratifier le CETA allait de soi », écrit-il dans cette tribune publiée sur le site de France Info.« Le plan d'action, que j'ai moi-même endossé à l'automne 2017, n'a pas produit les résultats escomptés et les attentes légitimes n'ont pas été comblées. Nous avons échoué à apporter les garanties nécessaires sur le veto climatique, les farines animales, les nouveaux OGM, la sauvegarde du principe de précaution à l'européenne... Nous avons échoué à réformer la politique commerciale européenne. Ce n'est pas faute d'avoir essayé », dit-il. LIRE AUSSI > Pourquoi le traité de libre-échange CETA est-il critiqué ?« La convergence vers le haut a du plomb dans l'aile », déplore-t-il. Concrètement, la différence de normes entre les produits qui viendront du Canada et ceux fabriqués sur le sol européen va aboutir, selon Hulot, à accepter des taux de LMR, limites maximales de résidus, bien supérieurs à ce qu'ils étaient. Hulot prend en exemple la clothianidine, « un pesticide néonicotinoïde interdit en Europe, utilisé au Canada sur les pommes de terre ». Et de dénoncer le travail de lobbying - Hulot avait, lors de sa démission, vivement mis en cause les pressions des lobbies. « Quand tous les lobbys essayent déjà d'enfoncer la porte, pourquoi leur donner un bélier ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer