Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les voitures "sans chauffeur" commencent à prendre forme

RelaxNews10/01/2013 à 08:49

Toyota présente un prototype de voiture « sans conducteur », lors du CES 2013. AFP PHOTO/JOE KLAMAR

(AFP) - La voiture de demain se passera-t-elle de conducteur ? Pas dans l'immédiat, mais les constructeurs automobiles expérimentent de nouvelles techniques pour rendre leurs véhicules de plus en plus autonomes.

Avec de gros capteurs sur son toit, sa batterie de senseurs et caméras à l'avant, la berline Lexus exposée par Toyota au salon annuel du secteur électronique CES à Las Vegas, ne passe pas inaperçue.

De par son aspect, le prototype ressemble beaucoup à la voiture autonome déjà conçue par Google. Comme elle, le prototype "peut conduire tout seul", indique Jim Pisz, un responsable de Toyota aux Etats-Unis, "mais nous ne le laissons pas faire".

La Lexus "autonome" de Toyota circule uniquement dans les centres de recherche de la marque nipponne alors que le géant de l'internet a obtenu l'autorisation d'utiliser son véhicule sur les routes dans trois Etats américains.

"La technologie est très similaire à celle de Google", avec l'usage de radars et de lasers, mais les objectifs sont différents, relève M. Pisz: le groupe internet cherche à améliorer ses logiciels de cartographie, Toyota étudie les technologies pour améliorer la sécurité de ses voitures.

L'électronique a été au coeur de l'innovation ces dernières années dans le secteur automobile, permettant l'ajout d'un tas de fonctions automatisées aux véhicules, déjà très présent surtout sur le haut-de-gamme.

Radars et avertisseurs anti-collision, assistances au parking, régulateurs de vitesse, éclairages ou freinages "intelligents"... "Les voitures d'aujourd'hui sont des ordinateurs roulants", souligne Wolfgang Dürheimer, membre du directoire chargé des développements techniques chez Audi.

Le constructeur allemand montre dans un simulateur au CES, un système s'apparentant à un pilote automatique qu'il a installé dans des voitures tests.

"Il aide le conducteur dans les situations où la conduite est ennuyeuse", explique Ulrich Hofmann qui participe au développement des systèmes de conduite d'Audi.

Sur autoroute, dans un embouteillage ou quand il n'y a pas trop de feux de circulation par exemple. Il suffit d'enfoncer un bouton sur le volant pour que la voiture se mette à conduire toute seule. Elle adapte automatiquement sa vitesse à celle qui la précède et reste dans sa file en suivant le marquage au sol. Pendant ce temps, le conducteur peut lire ses mails ou passer un appel vidéo...

Mais l'autonomie du véhicule reste relative, puisqu'il ne peut changer de file sans un mouvement manuel du conducteur. Le système repose sur une série de capteurs permettant d'évaluer l'environnement. Il est en mesure d'alerter l'automobiliste quand le pilotage automatique n'est plus sûr et lui demande de reprendre le volant.

Le véhicule plus autonome avait séduit des constructeurs comme Ford avant que le firme ne stoppe ses recherches il y a cinq ou six ans.

La perspective d'une voiture sans chauffeur "semblait trop éloignée, ça n'avait pas de sens de faire travailler de grosses équipes dessus", indique Pim van der Jagt qui travaille dans un centre de recherche du groupe américain.

Mais les choses ont changé. Ford a relancé ses recherches sur l'autonomie des véhicules depuis que Google s'intéresse au projet.

Pour autant, Toyota affirme que sa voiture sans chauffeur ne sera pas mise sur le marché dans un avenir proche.

Même son de cloche chez Audi, où l'on concède qu'il reste beaucoup de problèmes légaux à régler. Mais le système de pilotage assisté utilise des équipements "qui sont déjà en production en série, ou en sont proches" et pourrait arriver sur le marché "d'ici 5 à 8 ans", selon M. Hofmann.

Wolfgang Dürheimer estime pour sa part que le Japon pourrait être le premier pays à ouvrir la voie au véhicule autonome.


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.