Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les violences en Syrie ordonnées au plus haut niveau, dit l'Onu

Reuters23/02/2012 à 14:46

par Stephanie Nebehay

GENEVE (Reuters) - Les forces de sécurité syriennes tuent des femmes et des enfants désarmés, bombardent des quartiers résidentiels et torturent des blessés dans les hôpitaux suivant des ordres donnés au "plus haut niveau" de la hiérarchie militaire et gouvernementale, estime l'Onu.

Les enquêteurs indépendants du Conseil des Nations unies pour les droits de l'homme demandent que les auteurs de ces crimes contre l'humanité soient poursuivis devant la justice.

Les enquêteurs ont dressé une liste confidentielle de noms de dirigeants militaires et de responsables soupçonnés d'avoir ordonné les violences.

"La commission a reçu des preuves crédibles et solides identifiant des membres de haut rang et de rang intermédiaire des forces armées qui ont ordonné à leurs subordonnés de tirer sur des manifestants désarmés, de tuer les soldats qui refusaient d'obéir à ces ordres, d'arrêter des personnes sans raison, de maltraiter des prisonniers et d'attaquer des quartiers civils avec des tirs aveugles de chars et de mitrailleuses", dit un rapport du Conseil de l'Onu pour les droits de l'homme publié jeudi.

La commission, présidée par le Brésilien Paulo Pinheiro, précise que les forces rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL) ont également commis des abus, parmi lesquels des meurtres et des enlèvements, mais "dans une mesure bien moindre".

Le rapport de 72 pages fournit un bilan chiffré des victimes. Il cite un décompte fourni par le Centre de documentation des violations, un réseau de militants syriens, qui estime à 6.399 le nombre de civils et à 1.680 le nombre de déserteurs tués au 15 février.

La Syrie est "au bord" de la guerre civile et les profondes divisions entre les puissances mondiales entravent les chances de mettre fin à un conflit qui dure depuis près d'un an, dit le rapport. "La poursuite de la crise porte en elle le risque d'une radicalisation de la population, d'un renforcement des tensions intercommunautaires et d'une érosion du tissu social".

INTENSIFICATION DES COMBATS DEPUIS NOVEMBRE

Les trois membres de la commission n'ont pas pu se rendre sur place mais ils ont interrogé 369 victimes et témoins, y compris des personnes vivant encore en Syrie jointes par téléphone et des réfugiés qui ont fui dans des pays voisins.

"Les images satellitaires des zones où l'armée et les forces de sécurité ont été déployées et où des violences ont été signalées corroborent nombre de témoignages", ajoute le texte.

La commission indique que des tireurs embusqués et des miliciens de Chabihha postés à des points stratégiques terrorisent la population, abattent de jeunes enfants, des femmes et des civils désarmés. Des obus de mortiers à fragmentation sont tirés sur des quartiers densément peuplés.

Selon les enquêteurs, l'intensité des combats s'est accrue depuis le mois de novembre, en particulier dans les provinces de Homs, Hama et Idlib, avec de nombreuses zones assiégées par les forces loyalistes.

"A plusieurs reprises, en janvier et février 2012, des familles entières - enfants et adultes - ont été sauvagement assassinées à Homs", précise le rapport. "Dans les deux camps, il y a une tendance à enlever des gens qui ne sont pas directement impliqués dans les affrontements pour des motifs de vengeance, de rançon ou pour en faire des otages."

Au total, plus de 18.000 personnes se trouvaient en détention au 15 février, toujours selon les chiffres du Centre de documentation des violations.

"Les services de sécurité continuent d'arrêter systématiquement des blessés dans les hôpitaux et à les interroger, souvent sous la torture, sur leur participation présumée aux manifestations de l'opposition ou à des activités armées".

Des preuves étayées montrent que des quartiers de l'hôpital militaire de Homs et de l'hôpital d'Al Ladikah ont été transformés en centres de torture.

L'enquête, lancée en août par l'Onu, avait permis d'établir un rapport d'étape en novembre qui accusait l'armée syrienne de crimes contre l'humanité avec des cas de meurtres, de viols et de tortures.

Pierre Sérisier pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.