Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les Vins de Bordeaux demandent un plus grand soutien de l'Etat

Reuters20/04/2015 à 19:52

BORDEAUX, 20 avril (Reuters) - Le Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux a demandé lundi à l'Etat de négocier des accords bilatéraux et de pas entraver le développement de la filière viticole bordelaise, qui pèse près de quatre milliards d'euros de chiffre d'affaires. Lors de l'assemblée générale du CIVB, son président Bernard Farges a demandé au nouveau préfet de Gironde, absent et représenté, d'intervenir sur notamment les accords bilatéraux en matière de tarification douanière, sur le projet de loi de santé et la question des pesticides. Il a souhaité que la France porte "au niveau européen l'ouverture de négociations bilatérales" avec les grands clients internationaux, notamment la Chine, premier client en volume et en valeur du vignoble bordelais. "Quand le Chili obtient l'arrêt des taxes sur leurs vins importés en Chine dès juin 2015 et l'Australie à partir de 2019, ces pays obtiennent immédiatement un gain de compétitivité sur leurs produits. Ce chantier doit être ouvert", a-t-il lancé. Il a rappelé que Bordeaux était très actif à l'export et que le soutien des autorités en la matière était "stratégique". Malgré une baisse importante due au resserrement du marché chinois et à une récolte historiquement basse en 2013, les vins de Bordeaux ont vendus 2,1 millions d'hectolitres à l'étranger en 2014 pour un chiffre d'affaires de 1,8 milliard d'euros. Alors qu'un député avait proposé de durcir la loi Evin qui réglemente la publicité pour l'alcool, dans le cadre des débats sur la loi santé, Bernard Farges a dénoncé "l'hygiénisme et le poids inacceptable des officines anti-vins" en France. "Nous voyons avec intérêt nos dirigeants assumer pleinement de parler et de promouvoir l'industrie de l'armement, il est urgent qu'ils en fassent de même pour le vin", a-t-il dit, tout en souhaitant que cela s'accompagne d'une "politique de responsabilisation et d'éducation". Il a encore dénoncé une "stigmatisation de notre profession à des fins idéologiques" sur la question des pesticides, dont cinq supplémentaires viennent d'être classés "cancérigènes" par l'Organisation mondiale de la santé, tout en reconnaissant que les "pratiques doivent évoluer encore". "Par exemple, faire croire et défendre que le bio est le seul modèle capable de répondre aux enjeux environnementaux est une réponse simpliste et idéologique", a-t-il martelé. "L'agro-écologie est la version politisée du développement durable et par là même en affaibli le concept. Le bio peut mourir si nous le diluons", a-t-il insisté. Les vins de Bordeaux représentent 3,74 milliards de chiffre d'affaires dont près de la moitié à l'export, 50.000 emplois directs et indirects en Gironde, 6.600 viticulteurs sur 112.200 hectares de vignes. (Claude Canellas, édité par Gregory Blachier)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.