1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les Vélib' tous déployés à l'été, dit Smovengo, qui accuse

Reuters11/03/2018 à 19:40

LES VÉLIB' TOUS DÉPLOYÉS À L'ÉTÉ, DIT SMOVENGO, QUI ACCUSE

PARIS (Reuters) - Smovengo, le consortium désormais chargé d'exploiter le système de vélos en libre-service Vélib' à Paris, a annoncé dimanche que la totalité du service serait opérationnel "cet été", un nouveau retard qu'il impute à son prédécesseur JCDecaux mais aussi aux "graves insuffisances" de son client (Syndicat Autolib Vélib' Métropole).

Cible d'une pluie de critiques, le consortium, qui associe la PME montpelliéraine Smoove aux entreprises Indigo, spécialiste du stationnement, Mobivia (entretien automobile) et Moventia (mobilité), précise dans un communiqué que 376 stations étaient en service au 10 mars.

Sa promesse initiale était d'installer 1.400 stations (soit 20.000 Vélib') d'ici au 31 mars.

"Le déploiement du projet Vélib' Métropole devrait suivre le planning suivant : plus de 500 stations seront installées fin mars, près d'un millier à fin mai, début juin. Et la totalité du service sera déployé cet été", déclare Smovengo, qui explique "sortir du silence pour dénoncer les contre-vérités".

Estimant que les Franciliens "méritent la vérité pour mieux comprendre cette situation transitoire", Smovengo affirme que les ratés actuels "tiennent pour l'essentiel au fonctionnement des stations sous batterie, qui est un mode de secours lié aux difficultés d'électrification."

Il indique que 100% des équipements (vélos, bornes, bornettes) sont prêts mais suggère qu'on lui met "des bâtons dans les roues".

Première responsable, selon Smovengo, l'entreprise JCDecaux, qui avait été recalée contre toute attente au printemps dernier par le syndicat SAVM après avoir remporté le premier contrat en 2007.

"Notre concurrent a tout tenté par ses recours juridiques (tous perdus!) et ses manoeuvres dilatoires, y compris en matière sociale, pour retarder le passage de relais. Encore aujourd'hui, il multiplie les déclarations agressives et mensongères", peut-on lire, à propos des récentes accusations de Jean-Charles Decaux.

Smovengo accuse notamment JCDecaux de retarder le démontage des stations ancienne manière.

Le SAVM est aussi visé pour une gestion administrative qui "a souffert de graves insuffisances" (retard de la contractualisation, cahiers des charges incomplets...).

"Le sous-sol parisien se révèle beaucoup plus complexe que ne l'imaginait le SAVM sur le plan du génie civil dans son cahier des charges : 544 stations ne peuvent toujours pas être raccordées au réseau électrique car les informations techniques (...) ne sont pas disponibles", affirme Smovengo.

(Sophie Louet)

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • nayara10
    11 mars21:37

    Il y a même des vélos en Afrique ...Costauds les cyclistes....Z'on dû prendre l'avion pour le retour .....

    Signaler un abus

  • m654321
    11 mars20:52

    Ce n'est pas un sujet de classe ou pas. Ils ont un contrat où doit être défini les conditions qui ne sont pas de leur responsabilité, comme la mise à disposition des points d'alimentation électrique ou le démontage des anciennes stations. Si ces conditions n'ont pas été respectées, ils réclament une extension de délais et les coûts associés. S'il n'y a rien à réclamer, ils n'auront rien et seront pénalisés.

    Signaler un abus

  • mim69005
    11 mars20:18

    Pas très classe, cette communication de l'excuse sur le dos des autres ... Mais, au moins, il met bien en exergue l'amateurisme administratif des services de la mairie !!! Ils vont pouvoir demander une remise de pénalités !!!

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer