Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les tweets du pape en latin: un succès aussi intrigant qu'inattendu

RelaxNews04/02/2014 à 14:21

(AFP) - Les tweets du pape en latin sont pour le Vatican un succès aussi intrigant qu'inattendu: deux ans après leur lancement, ils sont suivis par près de 205.000 "followers", soit plus que les tweets en allemand ou en arabe.

Deux mois après que Benoît XVI eut ouvert son compte Twitter, certains passionnés avaient obtenu qu'il soit aussi en latin, langue bien aimée du pape allemand, sans trop croire à un succès. Ils misaient sur 2.000 ou 5.000 followers. Ils ont assisté à une explosion.

Le père américain Daniel Gallagher, membre du bureau de la Secrétairerie d'Etat en charge de la rédaction des tweets en latin, raconte à l'AFP comment ils ont planché pour traduire les quelque 250 tweets écrits jusqu'à présent par Benoît, puis François.

Le latin est bien adapté au message direct et profond de François, mais ce dernier est "difficile à traduire, son style est si informel, un langage courant". Par exemple "quand il s'est agi de traduire son expression +têtes grincheuses+ (pour certains religieux), on a traduit par +vultu truci+ en puisant dans les expressions de l'auteur truculent romain Plaute (254-184 avant JC). Finalement, "la concision du vocabulaire n'est jamais un problème en latin!"

Les nouveaux mots d'internet nécessitent parfois des traductions d'équilibristes: "bienvenue sur la page officielle twitter du pape François" se traduit ainsi par "Tuus adventus in paginam Papae Francisci breviloquentis optatissimus est".

"Nous tentons de ne pas trop nous éloigner de la langue de Cicéron! Si nous lui montrions notre traduction, nous voudrions qu'il ait au moins une vague idée du sens...", note le religieux avec humour.

Quand Isabelle Poinsot, une Parisienne, suit les tweets de Bergoglio, elle "trouve rafraîchissant d'avoir chaque jour une petite pensée pure". "Je trouve rigolo ce décalage entre un moyen moderne et un langage ancien", explique-t-elle à l'AFP.

Selon le père Gallagher, plusieurs raisons se conjugent pour le succès des tweets du pape en latin, et les publics ne sont pas seulement ceux auxquels on s'attend.

Le latin est d'abord "un langage international, une manière transnationale de communiquer". Pour beaucoup de ses fans, il "transmet tant de vertu et de noblesse d'expression". "La capacité du latin de communiquer par delà les siècles", notamment dans l'histoire de l'Eglise, fascine aussi les clercs notamment, note le père Gallagher.

Les Allemands sont particulièrement nombreux, "presque autant d'Allemands suivant le pape en latin qu'en allemand".

Viennent ensuite les Anglais -Oxford et Cambridge par exemple-- et les Américains. Mais des followers se trouvent en Chine, en Inde, en Afrique, dans le monde entier...

Les adeptes sont loin d'être tous des religieux ou des pratiquants. "Nous avons toutes raisons de penser que beaucoup sont jeunes étudiants, de l'université, du lycée, même plus jeunes". Les tweets sont alors utilisés comme exercice à la maison: "plus ça fait travailler dur, plus c'est excitant. C'est quelque chose d'amusant, un défi, qui illumine l'esprit et est gratifiant".

Il y a même des maîtres dans les écoles qui utilisent les tweets du pape, assure le prêtre américain.

D'autres followers sont avocats, journalistes, universitaires etc, nostalgiques, qui ont étudié le latin dans leur jeunesse, et "peuvent faire ainsi un exercice par jour en traduisant François".

Certains sont même si passionnés qu'ils répondent aux tweets du pape en donnant leur propre version en latin.

Une forme d'élitisme un peu ésotérique est une raison du succès, selon ce fin observateur, car le latin reste associé aux idées de l'élite et du mystère: "ça semble paradoxal mais certains suivent le pape en latin parce que c'est un moyen de créer un groupe d'initiés. Ils sont contents d'appartenir à une communauté insolite, avec un code. Si vous êtes capables de traduire, vous êtes acceptés dans le club", relève le père Gallagher.

"Ce que l'on croit très nouveau ne l'est pas", relève-t-il: "les épigrammes satiriques de Martial (40-104 après JC) auraient pu déjà être des tweets. Par leur brièveté, leur concision, leur honnêteté, l'humour, la franchise" quand ils épinglaient la débauche sous l'Empire.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.