1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les taliban somment l'EI de cesser ses "ingérences" en Afghanistan

Reuters16/06/2015 à 14:55

KABOUL, 16 juin (Reuters) - Les taliban afghans ont adressé une lettre à Abou Bakr al Baghdadi, "calife" autoproclamé de l'Etat islamique (EI), pour lui demander de cesser de recruter dans leurs rangs. De violents combats ont éclaté cette semaine dans l'est de l'Afghanistan entre la milice islamiste et des transfuges ayant prêté allégeance à l'EI, qui tient depuis un an une bonne part de la Syrie et de l'Irak. Invoquant la "fraternité religieuse", les taliban prient Baghdadi de faire preuve de "bonne volonté" et disent refuser toute ingérence dans leurs affaires. "Le djihad contre les envahisseurs américains et leurs esclaves en Afghanistan ne peut avoir qu'un drapeau, une direction et un commandement", disent-ils dans cette lettre signée par le mollah Akhtar Mansoor, chef du comité politique du mouvement. Au cours de l'année écoulée, de petits groupes de taliban déçus des résultats militaires de la milice et qui doutent que le mollah Omar, son chef, soient toujours en vie, se sont donc ralliés à l'Etat islamique. L'émergence de cette dissidence a donné lieu à des affrontements dans plusieurs provinces, mais les combats les plus intenses ont donc éclaté cette semaine dans celle de Nangarhar, où deux chefs locaux nommés Bakhtyar et Abdul Khaliq se sont attaqués à leurs anciens frères d'armes. Selon le porte-parole du gouverneur, ces affrontements ont provoqué la fuite d'un millier de familles. A Kaboul comme à Washington, on estime que rien n'annonce des ralliements importants à la cause de l'EI en Afghanistan, mais on redoute que son radicalisme ne séduise les jeunes afghans sans emploi. L'émergence du mouvement pourrait par ailleurs encourager les taliban à persévérer dans la voie de la négociation. Des représentants du mouvement et une délégation du gouvernement afghan participent ce mardi à une conférence de paix à Oslo. (Mirwais Harooni et Kay Johnson; Jean-Philippe Lefief pour le service français)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer