Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les syndicats de fonctionnaires inquiets pour le 22 mars

Reuters27/02/2018 à 16:03

LES SYNDICATS DE FONCTIONNAIRES INQUIETS POUR LE 22 MARS

PARIS (Reuters) - Les syndicats de la fonction publique ont officiellement lancé mardi leur mobilisation contre les réformes annoncées par le gouvernement en exprimant leur inquiétude que leur mouvement soit éclipsé par celui des cheminots de la SNCF.

Sept des neufs syndicats de la Fonction publique (CGT, FO, FSU, CFTC, CFE-CGC, FA et Solidaires) ont appelé à une journée d'actions le 22 mars pour s'opposer à la réforme du secteur public qui vise à recourir davantage aux contractuels, à mettre en place une rémunération au mérite et ainsi qu'un plan de départs volontaires.

Certains syndicats de la SNCF - la CGT-Cheminots, l'UNSA-ferroviaire, SUD-Rail ainsi que Force ouvrière - ont profité de cette date pour appeler à manifester contre la refonte du secteur ferroviaire, présentée lundi.

"Nous n'avons pas construit la date du 22 mars en convergence avec les cheminots", a dit à la presse la secrétaire générale de la FSU, Bernadette Groison. "Nous restons, nous l'intersyndicale, sur la nécessité et l'exigence d'une visibilité à nos questions de fonction publique."

Pour Bernadette Groison , même s'il y a, d'un point de vue politique, "une attaque" contre les services publics, les cheminots et les fonctionnaires ne partagent pas les mêmes problématiques. "Le statut des cheminots n'est pas le statut de la fonction publique", a-t-elle précisé.

Les syndicats disent avoir le souci de faire converger les cortèges pour ne pas être "opposés les uns aux autres", mais travailleront à clarifier leurs "plateformes revendicatives" pour bien faire comprendre au gouvernement qu'ils souhaitent ouvrir des discussions dans leur secteur.

"VERS MOINS D'ETAT"

En plus des nouvelles mesures annoncées par le Premier ministre le 1er février, les syndicats disent vouloir défendre le "pouvoir d'achat" des fonctionnaires, comme pour la journée de mobilisation du 10 octobre dernier qui avait été une mobilisation unitaire, la première en dix ans.

Ils réclament le dégel de la valeur du point d'indice - référence pour calculer la rémunération des fonctionnaires - une compensation "pérenne de la CSG" et la suppression du jour de carence.

"On voit bien se dessiner un projet de la fonction publique (...) qui est un projet qui va vers moins d'Etat", a ajouté Bernadette Groison.

Le gouvernement engagera bientôt des concertations avec les acteurs du secteur sur une période d'un an. Ces rencontres devraient aboutir à un projet de loi au printemps 2019.

Les syndicats se rencontreront à nouveau le 6 mars dans le but de porter au gouvernement un message commun.

La CFDT et l'UNSA n'ont pas pour l'instant souhaité se joindre à l'appel du 22 mars. L'UNSA se réserve toutefois la possibilité d'appeler à de nouvelles formes d'actions selon l'évolution de la concertation et des arbitrages à venir.

"Si, à un moment donné, ils estiment que les revendications sont partagées (...) on les accueillera évidemment avec plaisir", a dit Christian Grolier, secrétaire général de l'UIAFP-FO.

La Fédération nationale mines énergie de la CGT a également appelé à une grève le 22 mars pour "défendre les services publics de l'énergie et du rail".

(Caroline Pailliez, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.