Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les syndicats de fonctionnaires appelés au réalisme

Reuters04/09/2012 à 23:26

MARYLISE LEBRANCHU INVITE LES SYNDICATS DE FONCTIONNAIRES AU RÉALISME

PARIS (Reuters) - Le gouvernement a appelé mardi les syndicats de fonctionnaires au réalisme en annonçant l'ouverture en octobre de négociations sur les carrières et les rémunérations.

La ministre de la Fonction publique Marylise Lebranchu, qui leur présentait un agenda global de négociations pour les mois qui viennent, a reconnu qu'il était difficile de parler de "marge de manoeuvre" pour l'Etat employeur dans la situation actuelle, en s'abstenant toutefois de faire la moindre annonce.

Les syndicats ont exprimé leur déception de ne pas avoir obtenu de réponse sur leurs principales revendications, à savoir le pouvoir d'achat après deux années de gel du point d'indice de leur grille de rémunération et la fin de la journée de carence (non paiement du premier jour d'arrêt maladie) imposées par le précédent gouvernement de droite.

Les réductions de postes prévues pour compenser les 65.000 embauches promises sur le quinquennat dans l'Education nationale et les services de sécurité - police, gendarmerie, justice - sont un autre sujet d'inquiétude des syndicats.

"Il y a certes un calendrier et un agenda social, mais sur les attentes réelles des fonctionnaires, il n'y a rien", a déploré Christian Grolier, secrétaire général de Force ouvrière-fonction publique.

"On est plus que déçus (...), le changement ce n'est pas pour maintenant", a-t-il dit, en ajoutant que son syndicat n'attendrait pas l'ouverture prévue en octobre des négociations sur les rémunérations pour envisager des actions si le projet de budget 2013 ne prévoit rien pour les fonctionnaires.

PAS DE SUJET TABOU

"Les syndicats ont raison d'être impatients", a répondu Marylise Lebranchu. La ministre a indiqué qu'elle présiderait elle-même les premières réunions de la concertation prévue sur les carrières et les rémunérations, en assurant que celle-ci serait menée "sans aucune tentation d'évitement ou d'échappatoire".

"Aucun sujet n'est tabou, mais il faudra être réaliste", a-t-elle souligné, en déclarant qu'il lui faudrait travailler dans un cadre budgétaire "contraint".

"Si nous n'étions pas en crise d'une gravité exceptionnelle, on parlerait de marges de manoeuvre, cela ne veut pas dire qu'on ne peut rien faire", a-t-elle ajouté devant la presse.

Elle a évoqué des questions comme les bas salaires, la formation professionnelle et les conditions de travail, pour estimer que "les avancées ne sont pas seulement liées à des augmentations du point d'indice".

S'agissant de la journée de carence, qui fait économiser 120 millions d'euros par an à l'Etat, elle a indiqué que le gouvernement n'avait pas arrêté sa position.

Le calendrier dévoilé mardi prévoit aussi une concertation en octobre sur le bilan de la RGPP (Révision générale des politiques publiques), qui avait amené le précédent gouvernement à ne pas remplacer un fonctionnaire sur deux partant à la retraite.

Christian Grolier a estimé que les suppressions d'emploi dans les ministères non prioritaires relevaient d'une "RGPP bis."

Yann Le Guernigou, édité par Sophie Louet


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.