Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les syndicats de Florange sceptiques sur l'accord avec Mittal

Reuters03/12/2012 à 17:03

L'ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT ET MITTAL LAISSE SCEPTIQUES LES SYNDICATS DE FLORANGE

STRASBOURG (Reuters) - Les syndicats d'ArcelorMittal restaient lundi sceptiques sur le contenu de l'accord entre le gouvernement et le groupe sidérurgique sur le site de Florange, aucune garantie n'y apparaissant sur l'avenir des hauts-fourneaux.

L'intersyndicale CFDT, CGT, FO, qui s'est réunie dans la matinée, a adressé un courrier à Jean-Marc Ayrault pour lui demander une copie du texte, en préalable à la rencontre prévue avec le Premier ministre mercredi à Matignon.

"On refuse de donner un blanc-seing à l'accord. On a besoin de savoir exactement ce qu'il y a dedans pour pouvoir l'analyser", a dit à Reuters Frédéric Weber, délégué de la CFDT, syndicat majoritaire à Florange. "On a des doutes très forts. Jean-Marc Ayrault ne nous a pas encore rassurés."

Cette demande devait être relayée, dans l'après-midi, par le maire socialiste de Florange, Philippe Tarillon.

Les services du Premier ministre ont apporté lundi une première précision, indiquant qu'ArcelorMittal s'engageait à maintenir "l'ensemble de ses centres industriels en France, notamment Dunkerque, Fos et Basse-Indre".

Il s'agit d'une réponse aux allégations de Hervé Gattegno, journaliste au Point, qui avait auparavant déclaré sur RMC que le maintien de l'activité sur ce dernier site, proche de Nantes, ville dont Jean-Marc Ayrault fut le maire, était une "clause secrète" de l'accord.

Le Premier ministre a annoncé vendredi soir que le géant de l'acier acceptait d'investir 180 millions d'euros sur cinq ans à Florange, dans la partie transformation de l'acier, et qu'il renonçait à y mettre en ?uvre un plan social.

En revanche, les hauts-fourneaux ne seront pas rallumés mais seulement maintenus en l'état dans l'attente d'une décision de la Commission européenne sur le projet Ulcos qui en ferait un site pilote pour le captage et l'enfouissement du CO2.

LES HAUTS-FOURNEAUX CONDAMNÉS

Le groupe a confirmé samedi les termes de cet accord, sans un mot sur les deux hauts-fourneaux, dont l'arrêt, en juillet et octobre 2011, avait motivé le déclenchement de la mobilisation syndicale en février dernier. ()

L'avenir de la filière à chaud, la partie de l'usine qu'ArcelorMittal avait accepté de vendre, suscite dès lors toujours interrogations et inquiétudes, les familiers du dossier ne pensant pas que les hauts-fourneaux puissent être pérennisés.

Edouard Martin, délégué CFDT et figure emblématique de l'intersyndicale, a accusé le gouvernement de trahison si se confirmait l'information selon laquelle la direction s'apprêterait à éteindre les hauts-fourneaux, installations qui doivent être maintenues en veille pour éviter leur destruction.

Mais Laurent Berger, nouveau secrétaire général de la CFDT, s'est chargé de démentir l'information.

"J'ai appelé le gouvernement hier soir, pour qu'on me dise que les hauts-fourneaux ne seraient pas coupés, comme il y avait la crainte à Florange, cette semaine", a-t-il dit sur RTL. "On a l'assurance que le gaz sera laissé jusqu'au moins en avril".

En dépit des propos de certains représentants de l'intersyndicale, centrales et représentants du personnel au niveau du groupe ont accueilli l'annonce de l'accord avec circonspection, mais comme une première victoire.

"Le combat des ?Florange' n'est pas vain", a affirmé samedi la Fédération générale des mines et de la métallurgie de la CFDT.

"RENONCEMENT CONDAMNABLE", DIT THIBAULT

La mobilisation, depuis neuf mois, des salariés de la dernière usine sidérurgique intégrée de Lorraine, s'est attiré un fort courant de sympathie mais n'a jamais mobilisé qu'une cinquantaine de syndicalistes et jusqu'à 150 salariés lors de manifestations.

Tous les syndicats, hormis la CFE-CGC, ont toutefois regretté l'abandon du projet de nationalisation transitoire, soutenu par Arnaud Montebourg, qui aurait été suivie par la vente du site à un autre industriel. (voir )

"Je qualifierais de renoncement condamnable du gouvernement" la décision de ne pas nationaliser, a déclaré lundi sur France Info le secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault.

"Nous sommes bien informés par les attitudes de Mittal. Le dernier plan du genre a été pratiqué en Belgique (à Liège où le groupe a annulé ses projets d'investissements en septembre dernier, condamnant le site). Aujourd'hui, les activités sont rompues. Le groupe a déjà des problème de trésorerie gigantesque", a-t-il ajouté.

Les syndicats ont déjà indiqué à quelles conditions ils étaient susceptibles d'approuver l'accord.

Ils demandent qu'il s'applique également aux sous-traitants et aux intérimaires de la filière chaude, soit quelque 500 salariés en plus des 629 qui étaient concernés par le projet de plan social.

Ils exigent également la mise en place d'une commission tripartite - entreprise, gouvernement, syndicats - qui en précise les termes et en assure le suivi.

Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.