Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les sept otages étrangers au Nigeria ont probablement été tués

Reuters10/03/2013 à 20:30

LES SEPT OTAGES ENLEVÉS AU NIGERIA PROBABLEMENT TUÉS

par Gavin Jones et Renee Maltezou

ROME/ATHENES (Reuters) - Les sept otages étrangers détenus au Nigeria par le groupe islamiste Ansaru ont probablement été tués, ont déclaré dimanche plusieurs chancelleries européennes.

Ansaru a annoncé samedi avoir tué les sept étrangers - un Britannique, un Italien, un Grec et quatre Libanais - employés du bâtiment, enlevés le 7 février au Nigeria, précisant avoir agi ainsi à cause des tentatives des forces britanniques et nigérianes pour les libérer.

Des photos de mauvaise qualité ont également été diffusées, montrant les corps des otages, selon Ansaru, avec un homme armé qui se tient devant eux.

"Nos vérifications effectuées en coordination avec les autres pays concernés nous incitent à croire que les informations sur l'exécution des otages capturés le mois dernier sont exactes", a déclaré le ministère italien des Affaires étrangères dans un communiqué.

Le ministère grec des Affaires étrangères a confirmé l'annonce italienne. "Les informations dont nous disposons montrent que le citoyen grec est décédé", a déclaré le ministère, ajoutant avoir informé sa famille.

A Londres, le Foreign Office a estimé lui aussi que le ressortissant britannique pris en otage avait "probablement été tué".

"Il s'agit d'un meurtre de sang froid, que je condamne dans les termes les plus vifs", a dit le chef de la diplomatie britannique, William Hague.

Les autorités grecques et italiennes ont par ailleurs démenti l'existence d'opérations par un quelconque gouvernement pour libérer les otages.

"Aucun des gouvernements concernés n'a entrepris de sauver les otages", a déclaré le ministère italien des Affaires étrangères, estimant que leur assassinat ne pouvait "avoir d'autre explication que la violence aveugle et barbare".

OTAGES FRANÇAIS

Des hommes d'Ansaru, organisation qui a enlevé d'autres étrangers par le passé, avaient fait irruption le 7 février sur un chantier de la société libanaise Setraco, à Jama'are dans l'Etat de Bauchi, dans le nord du Nigeria.

"Nous avons lancé une enquête pour tenter de savoir ce qui s'est réellement passé, mais nous ne pouvons pas encore dire aujourd'hui si cette information est vraie ou fausse", a déclaré pour sa part le porte-parole de la police de l'Etat de Bauchi.

Le président italien Giorgio Napolitano a exprimé ses condoléances à la famille de l'otage italien, Silvano Trevisan.

Plusieurs responsables nigérians ont dit samedi douter de cette information.

Le nord du Nigeria est le théâtre d'opération de groupes islamistes armés, et les enlèvements d'étrangers n'y sont pas rares. Une famille de sept Français, dont quatre enfants, a été enlevée le 19 février au Cameroun puis localisée dans l'Etat de Borno, dans l'extrême nord-est du Nigeria.

Cette zone est un bastion de Boko Haram, qui a pris les armes pour tenter d'imposer la "charia" (loi coranique) dans la moitié nord du pays et s'est déclarée indépendante d'Ansaru en janvier dernier.

Outre Boko Haram, la région est la proie de bandes criminelles qui profitent de l'insécurité provoquée par l'insurrection islamiste pour se livrer à des attaques à main armée.

Les forces de sécurité nigérianes ont affirmé samedi avoir tué 52 combattants de Boko Haram et en avoir arrêté 70 depuis le début, il y a dix jours, de leur opération dans l'Etat de Borno, dans le nord-est du pays.

Les liens entre les islamistes nigérans et les groupes basés au Sahara se sont renforcés ces derniers mois. Ce rapprochement a incité ces organisations à s'en prendre davantage aux étrangers qu'aux forces de sécurité ou aux civils nigérians.

L'intervention française au Mali a aussi augmenté les risques pour les résidents étrangers au Nigeria. Total a ainsi demandé en janvier à ses 40 employés basés à Abuja, la capitale où Boko Haram est actif, de se replier sur Lagos.

Ansaru déclare avoir pris se distances avec Boko Haram, mais les spécialistes estiment que les deux groupes sont encore proches.

Ansaru est soupçonné d'avoir exécuté l'an dernier deux otages, un Britannique et un Italien dans le nord-ouest du Nigeria. L'organisation a également revendiqué l'enlèvement en décembre de l'ingénieur français Francis Collomp dans sa résidence située à Rimi, près de la frontière avec le Niger.

Avec Inusa Jaba à Bauchi et Tim Cocks à Lagos, Pascal Liétout et Hélène Duvigneau pour le service français


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.