Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les sanctions contre l'Iran, un risque pour l'offre pétrolière, juge l'AIE

AFP 10/08/2018 à 13:10

La raffinerie de Donges (France, ouest), le 22 juin 2017 ( AFP/Archives / LOIC VENANCE )

Malgré l'accalmie actuelle sur le marché pétrolier, le retour des sanctions américaines contre l'Iran menace l'approvisionnement en brut de l'économie mondiale, a mis en garde l'Agence internationale de l'énergie (AIE) vendredi.

Dans son rapport mensuel sur le pétrole, l'agence observe certes un "retour au calme du marché" qui profite actuellement aux consommateurs.

Les cours ont en effet baissé ces derniers mois: le baril de Brent valait près de 72 dollars vendredi matin alors qu'il avait franchi la barre des 80 dollars en mai.

Les craintes sur l'offre se sont apaisées dernièrement, avec une augmentation des productions saoudienne et russe, ainsi qu'un bond des exportations américaines.

Mais l'AIE, qui conseille 30 pays développés sur leur politique énergétique, estime que cette accalmie "pourrait ne pas durer".

"Quand les sanctions pétrolières contre l'Iran prendront effet, peut-être conjointement avec des problèmes de production ailleurs, le maintien de l'offre mondiale pourrait s'avérer très difficile", et le maintien de marges de manœuvre adéquates serait menacé, met-elle en garde.

Les perspectives pour le marché pourraient s'avérer alors "beaucoup moins calmes" qu'elles ne le sont aujourd'hui, estime l'agence basée à Paris.

- Sanctions en novembre -

Les sanctions ont été décidées par les Etats-Unis à la suite de leur retrait unilatéral en mai de l'accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015 avec les grandes puissances.

Elles ont déjà été rétablies mardi dans certains domaines comme les transactions financières et les importations de matières premières, assorties de mesures pénalisantes sur les achats dans le secteur automobile et l'aviation commerciale.

Elles seront suivies début novembre d'autres mesures affectant le secteur pétrolier et gazier ainsi que la Banque centrale.

Les précédentes sanctions contre l'Iran s'était traduites par une chute des exportations de brut de 1,2 million de barils par jour (mbj) mais "cette fois-ci l'impact pourrait être encore plus sévère", selon l'AIE.

Elle note aussi que si les inquiétudes sur l'offre se sont calmées pour l'instant, la production saoudienne a été affectée par un déclin surprise en juillet: elle a en effet baissé de 110.000 barils par jour (b/j) à 10,35 mbj, avec un déclin des exportations.

Le royaume s'était pourtant récemment engagé à accroître ses extractions pour limiter la hausse des cours. L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), dont l'Arabie saoudite est le chef de file, s'était engagée fin juin, avec ses partenaires dont la Russie, à augmenter sa production.

D'autre pays membres de l'Opep ont moins pompé d'or noir le mois dernier, à commencer par le Venezuela et la Libye, deux pays en proie à de graves troubles politiques.

Cette baisse a cependant été compensée par une production plus importante des Emirats arabes unis, du Koweït et du Nigeria. Au final, la production du cartel est restée stable.

- Tensions commerciales -

Côté demande, l'AIE a légèrement revu à la hausse (+110.000 b/j) ses prévisions de croissance pour l'année prochaine, mais elle a prévenu que d'importantes incertitudes pesaient sur cette prévision.

D'une part les tensions sur l'offre pourraient se traduire par une hausse des cours et ainsi affecter la demande.

Mais surtout les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine risquent de s'aggraver et de se traduire par un ralentissement économique et une demande pétrolière plus faible.

"Les risques causés par les tensions commerciales ont encore augmenté, menaçant de réduire significativement la croissance de certains pays exportateurs", souligne l'agence.

A partir du 23 août, les Etats-Unis taxeront à 25% une nouvelle série de produits chinois pour une valeur de 16 milliards de dollars et Pékin a répliqué avec des mesures similaires. Les Etats-Unis ont d'ores et déjà menacé de taxer 200 milliards de dollars de marchandises chinoises supplémentaires à partir de septembre.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.