Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les "salles de shoot" s'installent dans le paysage français

Reuters02/02/2017 à 17:09

LES "SALLES DE SHOOT" S'INSTALLENT DANS LE PAYSAGE FRANÇAIS

STRASBOURG (Reuters) - Les acteurs impliqués dans l'ouverture de deux salles de consommation à moindre risque, ou "salles de shoot", en 2016 à Paris et Strasbourg, ont tiré jeudi un bilan satisfaisant de cette expérimentation nationale en termes de réduction des risques et de tranquillité publique.

Les gestionnaires des lieux, les associations Gaïa à Paris et Ithaque à Strasbourg, des élus locaux, des représentants de la justice et de la sécurité publique étaient réunis à Strasbourg pour un échange d’expériences sous la houlette de Danièle Jourdain-Menninger, présidente de la mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Mildeca).

Les "salles de shoot", dont la droite ne voulait pas à Paris tandis qu’une partie votait au contraire le projet à Strasbourg, mettent à la disposition des consommateurs de drogues "dures", du matériel sécurisé sous la supervision d'équipes composées de médecins, d'éducateurs et d'assistants sociaux.

La police s'engage à ne pas procéder à des contrôles aux abords des lieux.

"Il n'y a aucune difficulté, aujourd’hui, autour de ces questions. Les appréhensions, notamment autour des questions judiciaires diminuent et disparaissent", a souligné le Dr Alexandre Feltz, adjoint au maire socialiste de Strasbourg, lors d'une conférence de presse.

"On peut passer à une autre étape, plus sereine", a renchéri Rémi Ferrand, maire du Xe arrondissement de Paris.

Cette étape est celle de l’accès aux soins et à l’insertion sociale s’agissant d’un public que tous les intervenants ont décrit en grande précarité.

175 PASSAGES PAR JOUR A PARIS

Ouverte à proximité de la gare du Nord, la salle parisienne, ouverte de 13h30 à 20h30, a enregistré 16.000 passages depuis son ouverture le 7 octobre et rencontré 500 personnes.

Les passages y sont actuellement de 175 par jour en moyenne.

A Strasbourg, la salle de consommation est au contraire située à l’écart du centre-ville et des habitations, dans l'enceinte du parc des Hospices civils.

On n'y enregistre que 20 à 25 passages par jour, 519 en tout depuis le 7 novembre, soit une soixantaine de personnes rencontrées et très peu d’Allemands, bien que la structure ait été aménagée en partenariat avec les autorités d’outre-Rhin.

L'échange entre les deux structures a permis de constater des problématiques sensiblement différentes concernant les populations, 35% de femmes à Strasbourg, 13% à Paris, les produits plébiscités, très majoritairement injectables mais plutôt cocaïne en Alsace, opiacés et crack dans la capitale.

Dans les deux villes, les usagers ont entre 30 et 45 ans et sont, à plus de 40%, contaminés par le virus de l’hépatite C.

"Ce sont des gens précaires, voire très précaires en matière de logement, d’accès aux soins et de couverture sociale", a précisé Danièle Bader-Ledit, présidente d’Ithaque.

Danièle Jourdain-Menninger a rappelé que le plan gouvernemental dans lequel s’inscrivait l’ouverture des deux salles prévoyait une expérimentation de six ans faisant l’objet d'une double étude, sociale et scientifique.

"Au terme des six ans la décision sera prise d’une généralisation", a-t-elle précisé, une troisième salle étant encore susceptible d’ouvrir dans le cadre de l’expérimentation.

Avec cette initiative, la France reproduit "ce qui existe depuis vingt ans en Allemagne, depuis trente ans en Suisse", a souligné Alexandre Feltz.

(Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.