Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les salariés du volailler Doux manifestent pour leur emploi

Reuters23/06/2012 à 21:57

CHATEAULIN, Finistère (Reuters) - Environ mille personnes, et 800 selon la police, ont défilé samedi à l'appel des syndicats dans les rues de Chateaulin, siège du groupe Doux, pour défendre leur emploi, menacé par le redressement judiciaire du volailler.

L'annonce vendredi du lancement d'un appel d'offres pour trouver un repreneur pour l'ensemble du groupe, étranglé par des dettes de plusieurs centaines de millions d'euros, a fait monter d'un cran l'inquiétude des salariés pour leur avenir et celui de l'entreprise.

"Si on perd Doux, on perd tout et si la filière meurt, c'est toute la région qui va mourir", explique une employée qui travaille depuis 29 ans à la chaîne sur le site de Chateaulin et gagne aujourd'hui 1.240 euros net par mois.

"On veut y croire encore et conserver les emplois mais notre employeur n'a rien fait pour nous rassurer et, comme nous n'avons aucune information, on nous laisse dans l'angoisse et le stress, ce n'est pas normal", estime Nadine Hourmant, déléguée Force Ouvrière.

Avant de défiler dans les rues au cri de "on n'est pas des poulets, on ne veut pas se faire plumer", plusieurs représentants syndicaux ont pris la parole, redoutant par dessus tout une "vente à la découpe" et un démantèlement du groupe.

"Le groupe Doux doit rester une entité. Tous les sites sont interdépendants et s'approvisionnent les uns les autres, un démantèlement serait une vraie catastrophe", souligne Jean-Luc Guillart, délégué CFDT.

Les représentants syndicaux ont également rappelé les différentes étapes ayant conduit selon eux à la situation actuelle en évoquant notamment le rachat de Frangosul au Brésil en 1998, suivi par la vente de plusieurs sites en France.

"Aujourd'hui, c'est le chaos et les seuls à payer, ce sont les salariés et leurs familles", a martelé avec virulence et colère Nadine Hourmant, qui ajoute que toute la région, éleveurs, transporteurs, fabricants d'aliments, se trouvent "impactés" par les difficultés du volailler.

"CHARLES DOUX DOIT S'EFFACER"

Dans le cortège qui s'est ébranlé sous les drapeaux bretons et les bannières syndicales le long de la rivière Aulne, qui traverse Chateaulin, beaucoup d'employés, de retraités, de fonctionnaires et de nombreux élus ceints de leur écharpe tricolore s'étaient joints par solidarité aux salariés du groupe.

"La question maintenant, c'est de savoir comment on prépare un avenir qui doit se construire sans Charles Doux", estime Richard Ferrand, député PS du Finistère, citant le nom du président du groupe qui doit selon lui "savoir s'effacer pour que survive ce qu'il a créé".

Beaucoup de manifestants mettent en cause le principal dirigeant de l'entreprise et s'interrogent sur l'usage qui a été fait par le groupe des aides de la PAC dont il a bénéficié pour soutenir son activité de poulets congelés destinés à l'exportation.

"Charles Doux doit s'expliquer sur ce qui a conduit le groupe là où il est. En quinze ans, il a perçu environ un milliard d'euros de restitutions. Les aides publiques devraient être conditionnées à une stratégie de maintien de l'emploi", a déclaré Raymond Gouiffes, délégué CGT qui demande une "mise sous tutelle" de l'entreprise.

Pour l'heure, l'incertitude est à son comble sur le devenir immédiat de l'ex-leader européen de la volaille qui emploie 3.400 personnes en France dont environ 2.000 en Bretagne et représente plusieurs milliers d'autres emplois induits.

Pierre-Henri Allain, édité par Gérard Bon


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.