Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les salariés de Fralib se sentent lâchés par François Hollande

Reuters26/09/2013 à 16:00

MARSEILLE (Reuters) - Le retour de François Hollande sur le site sidérurgique de Florange a ravivé jeudi de douloureux souvenirs à Gémenos, près de Marseille, où les salariés de Fralib réclament toujours le soutien de l'Etat après trois ans de lutte.

François Hollande a annoncé jeudi la création à Florange d'un centre public de recherche pour la sidérurgie française qui permettra "d'assurer l'acier de demain" sur le site victime de la fermeture de ses hauts-fourneaux.

"On est content pour les copains de Florange, mais nous aussi on a plein de choses à dire, sauf que personne ne nous écoute", dit le délégué CGT de l'ancienne usine de fabrication de sachets de thé Lipton et des infusions Elephant, Olivier Leberquier. "Ici, on est au point mort, c'est le grand silence."

Le site de Fralib, qui employait 182 personnes, est au centre d'un bras de fer entre Unilever et une partie des salariés qui veulent reprendre la production dans le cadre d'une société coopérative ouvrière.

"La seule image qu'on a retenue, c'est celle de François Hollande grimpant sur un camion à Florange. On a oublié que ce matin de février 2012, il était avec l'ensemble des candidats de gauche présent à la bourse du travail de Paris pour nous expliquer qu'il serait toujours à nos côtés dans notre combat pour Fralib", ajoute le syndicaliste.

"C'est le dernier contact qu'on a eu avec lui".

HOLLANDE "N'EST PAS CHAVEZ"

Des promesses tenues lors de ce meeting, comme de celles formulées lors d'une précédente visite de l'usine en 2011 lorsque François Hollande était candidat à la primaire socialiste, le syndicaliste estime qu'il "n'en reste rien ou pas grand-chose".

Plus ou moins distants, les contacts ont été maintenus entre les conseillers de l'Elysée et les salariés qui célèbrent samedi leur troisième année de lutte.

Mais malgré trois plans de sauvegarde de l'emploi rejetés par la justice, le président et son gouvernement restent "globalement aux abonnés absents".

Au lendemain de l'élection présidentielle, Arnaud Montebourg avait pourtant décrété un "état de mobilisation générale autour de la défense de ce site industriel".

Lors d'une visite très médiatisée à l'usine, le ministre du Redressement productif avait annoncé le retour d'Unilever à la table des négociations pour trouver des alternatives à la fermeture de l'usine de production.

"La vérité est qu'Arnaud Montebourg a depuis capitulé. Lui qui tenait des propos bien plus forts que ceux de François Hollande nous explique aujourd'hui qu'il faut se montrer plus gentil avec la multinationale et ses 2.800 emplois en France", ironise Olivier Leberquier.

Pour autant, le délégué syndical dit ne pas faire partie des déçus de François Hollande pour lequel il avait appelé à voter.

"On savait qu'on n'élirait pas Hugo Chavez en mai 2012", dit-il. "On avait le choix entre la peste et un cancer que l'on guérit. On a opté pour ce dernier, cela nous a permis de rester vivant".

Jean-François Rosnoblet, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.