Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les salaires minimums français et allemand critiqués dans l'est de l'UE

Reuters07/06/2016 à 18:42
    par Julia Fioretti 
    BRUXELLES, 7 juin (Reuters) - Onze pays de l'Union 
européenne (UE) ont saisi la Commission européenne (CE) pour lui 
demander de sanctionner la France et l'Allemagne qui imposent ou 
vont imposer de verser aux chauffeurs routiers étrangers qui 
transitent par leur territoire leur salaire minimum local. 
    Les ministres des Transports de Bulgarie, de République 
tchèque, d'Estonie, de Hongrie, de Lettonie, de Lituanie, de 
Malte, de Pologne, de Roumanie, de Slovaquie et de Slovénie 
dénoncent des "pratiques protectionnistes" qui restreignent 
selon eux la libre circulation des biens et des services au sein 
des Vingt-Huit. 
    "Les obligations de salaire minimal et autres exigences 
nationales, comme la mise en place de représentations 
permanentes sur le marché opéré et la fourniture de documents 
d'embauche en langue locale, représentent une barrière 
unilatérale au transport routier transfrontalier", écrivent-ils 
à la commissaire aux Transports, Violeta Bulc, et à la 
commissaire à l'Emploi, Marianne Thyssen. 
    Le volet social du transport routier est devenu une question 
politique depuis l'essor des transporteurs d'Europe de l'est, 
qui assurent à présent une bonne partie du transport de fret 
routier en Europe en jouant sur des prix de revient bien 
inférieurs à ceux des pays de l'ouest du bloc. 
    L'exécutif européen conteste déjà l'application par 
l'Allemagne du principe du salaire minimum à l'ensemble du 
secteur des transports au motif qu'il viole un autre principe, 
celui de la liberté de prestation de service dans l'UE. 
    L'Allemagne a instauré en janvier 2015 un salaire horaire 
minimal de 8,50 euros s'appliquant à toute personne travaillant 
sur son territoire, qu'elle ou son employeur soient basés en 
Allemagne ou pas. 
    Une règle similaire entrera bientôt en vigueur en France, 
exigeant que les chauffeurs étrangers perçoivent son salaire 
minimum et obligeant les sociétés de transport étrangères à 
désigner un représentant local. 
    Violeta Bulc a dit que l'UE soutenait le principe du salaire 
minimum, pour autant qu'il soit équitable et juste.   
         
 
 (Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc 
Angrand) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.