1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les révélations de la fille adoptive des Chirac

Le Point30/05/2014 à 22:22

Anh-Dao Traxel, la fille adoptive de Jacques et Bernadette Chirac, en septembre 2011.

La "fille de coeur de Jacques et Bernadette Chirac", comme elle se définit elle-même, n'a pas vu ses parents adoptifs depuis bientôt deux ans, indique Le Figaro. Dans un livre à paraître le 5 juin, Chirac : une famille pas ordinaire. Les confidences de leur fille de coeur, Anh-Dao Traxel a choisi de régler ses comptes avec le clan Chirac, et plus particulièrement avec Bernadette et Claude, qu'elle accuse de "faire barrage" pour l'empêcher de voir l'ex-chef d'État.

Débarquée en France à 21 ans, en 1979, la jeune femme faisait partie des milliers de "boat people" vietnamiens qui fuyaient leur pays dans l'espoir de trouver un avenir meilleur. C'est dans une salle de l'aéroport de Roissy qu'elle croise Jacques Chirac, alors maire de Paris, qui s'émeut de son sort. La jeune femme restera deux ans chez Jacques et Bernadette, avant de prendre son envol.

Mais, depuis, ses relations avec sa famille adoptive ne sont pas vraiment au beau fixe, comme elle l'a confié au Parisien Magazine. Avec la parution de cette seconde autobiographie, elle espère exorciser "cette blessure qui ne guérit pas et ne pas la laisser sans explication". Sans contact avec les Chirac depuis novembre 2012, Anh-Dao Traxel a du mal à accepter cette mise à l'écart.

"L'amour de mon père me manque"

"Je veux dire que je fais encore partie de cette famille, que je n'oublie pas ce que j'ai vécu avec eux. L'amour de mon père me manque." Cette éviction, la fille...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer