1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les résidences secondaires en Corse, c'est fini ?

Le Point25/04/2014 à 12:24

Vue sur l'ex-villa corse de l'acteur Christian Clavier.

L'assemblée de Corse a adopté vendredi un statut de résidence permanente d'au moins cinq ans dans l'île pour pouvoir y devenir propriétaire, et cela afin de contrer la flambée des prix et la spéculation foncière et immobilière. Le statut de résident a été adopté par 29 voix sur les 51 élus de l'assemblée, dont la majorité est à gauche. Dix-huit ont voté contre et quatre n'ont pas participé. Le débat a surtout divisé à gauche. La plupart des radicaux de gauche et les communistes, qui craignent notamment l'instauration d'un marché parallèle, ont voté contre ce statut proposé par l'exécutif territorial sur une idée nationaliste. La droite a généralement voté contre et la totalité des quinze élus nationalistes s'est prononcée pour. Alors qu'environ 40 % des logements de Corse sont désormais des résidences secondaires appartenant généralement à des continentaux ou des étrangers, ce statut destiné à juguler la flambée des prix et la spéculation prévoit qu'il faut avoir résidé de manière permanente au moins cinq ans dans l'île pour y devenir propriétaire d'un terrain ou d'un logement. Pour le président du conseil exécutif de la Collectivité territoriale de Corse, Paul Giacobbi, député PRG de Haute-Corse, qui avait présenté le projet, l'adoption du statut est "une étape, qui n'est en rien discriminatoire". "Toutes sortes de droits sont déjà liés en France à la résidence, qu'il s'agisse notamment de fiscalité ou de...

Lire la suite sur Le Point.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • dotcom1
    25 avril10:43

    Inutile de maintenir en vie la SNCM dans ce cas.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer