Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Les relations entre Paris et Ryad en question après les attentats

Reuters23/11/2015 à 18:43

* Ryad et Doha accusés de financer le terrorisme * Trévidic dénonce des relations "pas crédibles" * Paris réaffirme sa confiance en ses alliés par Marine Pennetier PARIS, 23 novembre (Reuters) - Depuis les attentats de Paris, des voix s'élèvent pour dénoncer les liens entre la France et l'Arabie saoudite, accusée de soutenir financièrement le terrorisme en Syrie et de défendre l'islamisme radical, marque de fabrique de l'Etat islamique. Face aux critiques qui épinglent également le Qatar, le gouvernement a assuré avoir toute confiance en ses alliés du Golfe - membres de la coalition anti EI - soulignant que leur lutte contre l'Etat islamique était "incontestable". "La France n'est pas crédible dans ses relations avec l'Arabie saoudite", estime l'ex-juge antiterroriste Marc Trévidic dans une récente interview aux Echos. "Nous savons très bien que ce pays du Golfe a versé le poison dans le verre par la diffusion du wahhabisme." "Les attentats de Paris en sont l'un des résultats", dit-il. "Proclamer qu'on lutte contre l'islam radical tout en serrant la main au roi d'Arabie saoudite revient à dire que nous luttons contre le nazisme tout en invitant Hitler à notre table." Traditionnelle alliée des Etats-Unis, l'Arabie saoudite s'est rapprochée de la France ces dernières années à la faveur des dossiers syrien et iranien dans lesquels Paris a adopté une ligne dure, en réclamant le départ de Bachar al Assad et un accord solide sur le programme nucléaire de Téhéran. Ce rapprochement s'est traduit cette année par la signature d'accords et de lettres d'intention d'une valeur de dix milliards d'euros et par la présence en mai de François Hollande au sommet extraordinaire du Conseil de coopération du Golfe. "DAECH A UN PERE : L'ARABIE SAOUDITE" Mais à l'heure où Paris souhaite mettre en place une coalition de lutte contre l'EI, l'écrivain algérien Kamel Daoud appelle la France et plus largement l'Occident à ouvrir les yeux concernant l'Arabie saoudite. "Daech a une mère : l'invasion de l'Irak. Mais il a aussi un père : l'Arabie saoudite et son industrie idéologique", écrit-il dans une tribune publiée dans le New York Times. "Dans sa lutte contre le terrorisme, l'Occident mène la guerre contre l'un tout en serrant la main de l'autre." L'émir du Qatar, accusé régulièrement de financer ou d'apporter son soutien à des groupes sunnites radicaux depuis le début du printemps arabe, a assuré l'an dernier que son pays ne finançait pas des groupes extrémistes comme l'Etat islamique. L'Arabie saoudite a de son côté démenti en 2014 par la voix de son ambassadeur au Royaume-Uni tout soutien ou financement aux "meurtriers réunis sous la bannière de l'Etat islamique". La semaine dernière, Manuel Valls a déclaré qu'il n'avait aucune "raison de douter aujourd'hui de l'engagement" du Qatar et de l'Arabie saoudite qui luttent de manière "incontestable" contre l'EI. "On se fourvoie en pensant que ces pays-là soutiennent officiellement Daech, c'est une absurdité sur laquelle on n'a jamais eu le moindre renseignement sérieux", souligne une source gouvernementale française. "Après, qu'il y ait des radicaux dans ce pays qui envoient de l'argent directement ou indirectement c'est un fait." "Il faut accroître la lutte contre le financement des groupes terroristes, c'est une évidence", ajoute cette source. Mais "les Qataris sont sérieux, ils essaient de faire ce qu'il faut pour contrôler les flux financiers". "ABSURDITÉ" Selon le directeur de recherche au centre français de recherche sur le renseignement (CF2R) Alain Rodier, le Qatar et l'Arabie saoudite, monarchies sunnites, ont financé plusieurs forces d'opposition au président alaouite (branche du chiisme, NDLR) Bachar al Assad au début du conflit, en 2011. "La rébellion a été soutenue à ce moment-là directement par l'Arabie saoudite, le Qatar et les autres Etats du Golfe", souligne-t-il. "Le Qatar soutenait les groupes d'obédience Frères musulmans et l'Arabie saoudite finançait un peu les autres groupes. Au départ, l'Etat islamique n'existait pas mais il a tout de même pu en bénéficier d'une manière indirecte." Depuis 2014 et la création de l'EI, les donations privées à Daech ne représenteraient qu'un montant infinitésimal par rapport aux autres sources de revenus du groupe, selon le chercheur. "Il semble depuis que les financements gouvernementaux ont cessé", ajoute-t-il. Les Saoudiens se sont notamment "rendus compte que Daech représentait un risque de stabilité pour le régime des Saoud." Depuis l'an dernier, plusieurs attaques ont été commises en Arabie saoudite contre des lieux chiites ou contre les forces de sécurité et ont été revendiquées par l'Etat islamique. "Les prochains à être vraiment déstabilisés par tout ça, ce sont les pays du Golfe, on ne sera pas très contents quand l'Arabie saoudite aura été déstabilisée par Daech", souligne la source gouvernementale. "On a donc intérêt à discuter avec eux". (Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.