1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Les rebelles syriens à l'offensive en banlieue nord de Damas
Reuters19/03/2017 à 14:11

    BEYROUTH/AMMAN, 19 mars (Reuters) - Les forces 
gouvernementales syriennes affrontent dimanche des groupes 
rebelles à la périphérie nord de Damas, rapportent les insurgés 
et l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).  
    Les combats, précise l'OSDH, sont concentrés dans le 
quartier de Djobar, quelque deux km au nord-est de l'enceinte de 
la vieille ville de Damas.  
    Un chef rebelle, Abou Abdo, du groupe Failak al Rahman, a 
expliqué que cet assaut contre la dernière ligne de défense 
gouvernementale avant les quartiers résidentiels de la capitale 
syrienne visait à soulager les insurgés qui ont cédé du terrain 
dans les communes de Kaboun et Barzeh, au nord de Djobar.  
    Dans le centre de Damas, on entend le bruit des explosions 
et fusillades, a témoigné un habitant.  
    Des avions de combat de l'armée de l'air syrienne ont 
bombardé Djobar et l'artillerie rebelle pilonne plusieurs 
quartiers tenus par le gouvernement, dont Bab Touma, Rukn al Din 
et le quartier de la place des Abbassides, totalement déserté, 
rapporte l'OSDH.  
    Selon les rebelles, l'armée syrienne a progressé au cours 
des deux derniers jours, après des semaines de bombardements et 
de frappes aériennes, sur une route entre Kaboun et Barzeh, deux 
quartiers rebelles assiégés où vivent toujours des dizaines de 
milliers d'habitants.  
    "La prise de cette route isolerait complètement Barzeh et 
Kaboun", a commenté Abou Abdoullah, un autre combattant du 
groupe Failak al Rahman.  
 
 (Ellen Francis à Beyrouth, Suleiman al Khalidi à Amman; 
Jean-Stéphane Brosse pour le service français) 
 

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer